Publicité:

Test NeilPryde Combat 4.2 et 4.7 2019

04/02/2019

Modèle qui fait ses preuves saison après saison, la NeilPryde Combat version 2019 est passée entre les mains de Mathieu Bonno qui a testé non pas une seule et unique surface mais bien 2 tailles cette fois (4.2 et 4.7 m²) afin de voir les (éventuelles) différences de comportement et la complémentarité dans un quiver possible…

 

Présentation du produit
La légendaire NeilPryde Combat est une voile de choix quelles que soient les conditions sur le spot. Où que vous soyez, dans du side shore avec de belles vagues, dans de grosses mousses par vent onshore, la Combat ne vous décevra pas. Conçue pour les navigateurs agressifs et dynamiques, elle offre de la puissance quand vous en avez besoin et tant que vous en avez besoin. Légère, stable et bien construite, elle est la voile pour tous, partout, tout le temps. Cette année, il existe 3 couleurs avec une couleur sobre violette sur le modèle normal (notre test) et 2 coloris plus flashy sur la version HD (rose/orange et vert/blanc). Voile de vagues à 4 lattes, elle offre toujours une construction très propre avec une protection de mât bien couvrante, des protections d’embouts de lattes également et la technologie Forceline qui permet la répartition des efforts aux différents points de tension. Nous avons décidé de tester la même voile en 2 surfaces différentes (4.2 et 4.7 m²) en utilisant le même mât pour vérifier si le comportement des 2voiles est identique ou s’il peut y avoir des différences de sensations en fonction de la taille de la voile.

 

Le test Windsurf journal.com
Nos impressions

C'est beau, c'est propre et pratique. Dès la préparation du quiver c'est agréable d'avoir du beau matériel et si NeilPryde reste dans le traditionnel, cela fonctionne bien. La couleur est plutôt sobre, mais reste stylée et reconnaissable. Elle marque l’appartenance à la gamme 2019 comme la EVO avant elle ou les V8 ! Vous retrouverez cette jolie construction avec des renforts positionnés aux endroits importants (tête de mât, protection de lattes, mini lattes de chute, grande protection de pied de mât…), le système Forceline pour guider les tensions à l’écoute et à l’amure. Et c’est un détail, mais que nous apprécions en tant que testeur, ne pas avoir besoin d'outils pour régler la tension des lattes de la voile est intéressant pour faire des changements de réglages rapides. La majeure partie des voiles propose des pochettes pour positionner les clés de réglage au niveau de la protection de pied de mât. L’ensemble fonctionne très bien, la poulie d’amure permet de laisser passer des bouts d’un bon diamètre, là où d’autres auraient déjà bloqué. C'est très simple dans la mise en place mais il ne faudra pas oublier d’avoir le mât adéquat avec le bouchon en tête de mât qui permette de laisser passer la têtière si particulière à la marque à la cible. Dans les 2 tailles que nous avons testées, il n’y a pas de têtière vario et vous serez donc obligés d’avoir un mât de 370 cm. C’est à partir de la 4.0, et les 2 tailles en dessous, qu’il y a une têtière que vous pourrez manipuler. 4.7 et 4.2 m² sont 2tailles assez proches et qui font souvent partie des quivers des waveriders, notre intérêt s’est surtout porté sur l’utilisation d’un mât unique pour ces 2 voiles, voire même de la 3.7, pour ceux qui en ont les moyens. Nous naviguons en Méditerranée où le vent souffle généreusement, un navigateur sur des spots moins ventés ajustera son quiver avec une voile de taille supérieure. Nous avons rapidement trouvé nos réglages grâce aux repères en tête de voile et grâce à la facilité de mise en tension de la voile à l’amure. Tout à la main, avec une rallonge de pied de mât et un wishbone qui permettent une mise en place rapide, nous étions sur l’eau en très peu de temps. Les mesures indiquées sur les voiles sont plutôt bonnes et nous avons seulement dû ajuster nos réglages en fonction du wishbone utilisé puisque pour une même valeur la longueur n’était pas tout à fait la même. Après, c’est une histoire de feeling personnel pour les réglages précis et/ou pointus. Pour celui qui a peur de ne pas savoir, les repères en tête de voile permettent une bonne approche. En règle générale, nous avions une voile plus relâchée à l’écoute en 4.7 qu’en 4.2 pour gagner en puissance dans les vents irréguliers. Par rapport à d'autres voiles, la 4.7 peut paraître un peu souple et c’est à bas régime que cela se ressent avec un départ au planing qu’il faut aller chercher. Elle est tellement légère et équilibrée dans les bras que le pomping est facilité et est rapidement efficace. Il faudra tout de même compter un peu plus de vent que pour d’autres voiles. Cela peut également venir du fait que la 4.7 est montée sur un mât de 370 alors que bon nombre de ses concurrentes sont repassées sur des 400 cm. Cela se ressent forcément sur la rigidité générale du gréement puisque la même voile en surface plus petite et montée sur le même mât (4.2 m²) ne laisse pas paraître cette sensation et donne un peu plus de répondant à bas régime, avec une stabilité intéressante. Dans les vents plus forts, nous n’avons pas hésité à aplatir la voile pour gagner en maintien du profil. Elle devient alors hyper joueuse et manœuvrable. C'est dans les surfs que cette Combat a montré tout son potentiel, elle sait se faire oublier, elle ne pèse rien dans les bras et il y a toujours un petit peu de pression sur l’avant de la voile pour pouvoir faire des virages et s’engager lorsque le style de navigation est un peu passif comme le nôtre en surf. Elle est facile et vous pourrez donc vous concentrer sur la position des mains sur le wishbone qui vous emmènera de manière plus radicale le long de la vague. En saut, nous avons adoré les réceptions grâce à cette relative souplesse qui donne de la marge d’erreur. La voile répond rapidement lorsqu’elle est sollicitée pour lancer des rotations, par exemple, avec un profil stable mais elle se déforme beaucoup en réception pour absorber les chocs et c’est très agréable. Dans une taille comme dans l’autre, le comportement n’est pas vraiment différent et nous avons simplement noté ce petit écart de perception de rigidité sur la 4.2. C’est un détail, encore une fois, mais nous avons très souvent navigué avec plusieurs gréements à tester sur une même journée, et cette voile est très facile à mettre en place ou à ranger. Elle se roule toujours comme il faut, sans forcer, l’élastique de maintien est lui aussi facile à trouver et une housse assez large permet de rapidement faire glisser la voile. C’est efficace !

 

Cette voile est-elle faite pour vous ?
C'est une valeur sûre du segment voiles de vagues et elle saura ravir tous ceux qui aiment la marque NeilPryde. Voile de vagues à caractère européen, dynamique et radical (le modèle The Fly étant typée surf sailing) NeilPryde ne propose plus que des voiles de vagues à 4 lattes, depuis la disparition de l’Atlas. Elle permettra aux gabarits légers de s’exprimer sur tous les plans d’eau et dans toutes les disciplines, avec aisance et performances. Quant aux plus lourds, comme nous, elle permettra, grâce à sa polyvalence de réglages, de trouver de la puissance ou de la stabilité suivant les besoins. Ses performances sont à la hauteur des espérances de la marque et pour ceux qui voudraient encore un peu plus de monofilm tramé, ils ont la possibilité de choisir la Combat en HD avec 2 belles couleurs. Nous avons choisi ces 2voiles pour le mât identique mais vous pourrez bien évidemment trouver les tailles de voiles qui vous conviennent pour en faire votre quiver. De notre côté, nous allons les utiliser encore un peu !

 

Les conditions du test
Nous avons eu la chance d'utiliser ces voiles avec le mât préconisé, le TPX 100 en 37 0cm, pour un maximum de rendement. Nous avons navigué à la Coudoulière, à l'Almanarre, au Mourillon et à la Bergerie dans des vents entre 10 et plus de 30 nœuds sur la RRD Freestyle Wave 104, la Fanatic Grip 89, la Simmer Cortex 84, dans les vagues ou en bump & jump. Nous avons également utilisé 2 wishbones en carbone différents pour vérifier la longueur d’écoute proposée.

 

Les caractéristiques techniques
Combat 4.7

Surface : 4.7 m²
Guindant : 395 cm
Ecoute : 164 cm
Prix : 799 €

 

Combat 4.2
Surface : 4.2 m²
Guindant : 375 cm
Ecoute : 157 cm
Prix : 769 €


Gamme : Existe aussi en 3.3, 3.7, 4.0, 4.2, 4.5, 4.7, 5.0, 5.3 et 5.6 et en version HD dans 2 autres couleurs différentes avec du monofilm tramé dans la fenêtre.

 

Source : Mathieu Bonno/Windsurfjournal.com
Photos : Mathieu Bonno/Windsurfjournal.com

tags: tests NeilPryde Combat 2019

Articles similaires

Test Severne Mako 91 2019

Nouveau modèle apparu dans la collection Severne, la Mako est la planche de vagues...

Test NeilPryde V8 6.7, 7.2 et 7.7 2019

Modèle best-seller réapparue en 2017 dans la collection NeilPryde, la V8 est...

Test Simmer Style Cortex 84 2019

Nouveau modèle au shape atypique dans la collection Simmer Style, la Cortex 84 est...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer