Publicité:

L\'oeil d\'Antoine Questel

01/09/2012

A l’occasion la PWA Alaçati World Cup 2012 en Turquie, Antoine Questel est "L’œil de" Windsurfjournal.com avec une rubrique qu’il animera quotidiennement afin de revenir sur les faits marquants de cette épreuve ainsi que sa vision de l’épreuve et son parcours. Retour avec lui sur la 5ème et avant dernière journée de course vendredi…

 

"Cette journée de vendredi a été très similaire à celle de jeudi avec en début de matinée un vent de droite qui a basculé dans le bon sens finalement mais un peu plus tard que d’habitude… Je m’étais fait sortir la veille et j’étais donc spectateur du slalom n°7 débuté la veille. Tout le monde a couru en grosses surfaces, il y avait entre 9 et 13/15 nœuds maxi, ça naviguait entre 8.6 et 9.5 m². Et puis au fil de la journée, ça s’est renforcé et nous étions en 7.8 m² pour la manche n°8.
Pour Antoine Albeau, ça déroule, il a gagné l’étape mais surtout il a vraiment été impressionnant en gérant très bien sa course, il n’y a rien à redire là-dessus, parfait !
Dans le slalom n°8, j’accède à la finale perdants assez facilement. En demi-finale, dans la zone de départ très courte, je suis resté coincé dans une molle à 25 secondes du départ et je suis parti avec du retard… En perdants, je prends un top départ, je sors 2 derrière Maynard à la bouée n°1 et là, comme par hasard, un bateau de pêcheur traverse la zone de course ! Le comité annule la course, on repart, je reprends un bon départ et termine 3ème finalement. Je n’ai pas trop suivi la finale gagnants car j’étais en procédure de mon côté mais ce que je vois, c’est que Ben van der Steen a tout misé sur sa vitesse et ça paie ! Sur la fin, il pouvait se permettre de prendre plus de risques pour espérer être proche d’Albeau mais pour moi, il confirme sa saison de l’an dernier.
Pour ma part, je perds des places au général provisoire, le top 10 est assez régulier, ils ont une mauvaise discard mais sont présents tout le temps, derrière c’est plus dur, on peut faire une finale d’une manche et être éliminé au premier tour de la manche suivante, ça nous coûte le top 10. Quand tu te manges une place de 26.5 et que tu ne peux pas l’enlever, forcément ça fait mal !
Pour ce qui est des filles, après ces journées de course, Sarah-Quita Offringa a trouvé le truc pour les départs mais des infos que me donnaient les françaises, en plus elle est un cran au-dessus en vitesse par rapport à Valérie Arrighetti-Ghibaudo et Karin Jaggi. Et puis c’est Sarah-Quita, pas de prise de tête, toujours le sourire, ça marche tant mieux, ça ne marche pas, ce n’est pas grave, elle a un super esprit. Delphine Cousin fait une bonne journée, très régulière. En début de journée, je lui avais dit que Lena Erdil était à rien du tout devant elle, au pire elle était 4ème à l’année si l’étape au Vietnam n’a pas lieu, elle devait donc se lâcher. A priori c’est ce qu’elle a fait et ça a marché ! Un peu comme chez les garçons, une nouvelle génération arrive chez les filles. Il y a 2 ans c’était Ghibaudo-Jaggi, Jaggi-Ghibaudo, là avec Offringa, Erdil, Cousin, Mortefon c’est en train de bouger. Avant ces filles passaient parfois en tête mais elles n’avaient pas la vitesse, désormais si elles jibent devant Jaggi ou Ghibaudo, elles restent devant !"

 

Source : Antoine Questel
Photos : PWA/John Carter

tags: oeil de Antoine Questel PWA Alaçati World Cup 2012 PWA World Tour

Articles similaires

L'oeil de Tristan Algret

Longtemps sur le podium de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, le...

L'oeil de Marion Mortefon

Longtemps en tête de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, Marion Mortefon...

L'oeil de Pierre Mortefon

En remportant 3 des 4 manches disputées sur l’Alaçati PWA World Cup, le...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer