Publicité:

Dossier windfoil - 3 questions à Pierre Le Coq

09/06/2017

On ne présente plus Pierre Le Coq, médaillé de bronze aux derniers JO de Rio 2016 ou encore champion du monde RS:X en 2015, le natif de Saint-Brieuc possède un palmarès impressionnant. Il n’en reste pas moins un amoureux du windsurf sous toutes ces formes, logique donc qu’il se soit également laissé tenter par l’appel du windfoil ! Il nous livre ses impressions sur cette discipline dans le cadre de notre dossier windfoil…

 

Windsurfjournal.com : Quand et à quelle occasion as-tu découvert la pratique du windfoil et qu’est-ce qui t’a tout de suite séduit ?
Pierre Le Coq : La première fois que je suis monté sur un windfoil c’était en 2014, Kevin Festock, maintenant gérant de Lokefoil, était en pleine découverte du support lui aussi et j’avais eu la chance de pouvoir tester un des premiers prototypes. A l’époque les foils étaient bien moins stables et beaucoup plus techniques qu’ils ne le sont maintenant mais ce qui m’a tout de suite interpelé, c’est la sensation d’apesanteur et de silence, la planche devient tout d’un coup hyper légère prend de la hauteur et même si tu ne navigues qu’un mètre au-dessus de l’eau, ça change vraiment tous les repères. Le pilotage du foil est quelque chose qui m’a tout de suite aussi beaucoup plu, la navigation devient plus fine qu’en planche classique, les placements du gréement ont beaucoup d’importance et la sensation de réapprendre une nouvelle pratique est vraiment sympa.

 

WJ : Qu’apporte selon toi cette pratique par rapport à celle que nous connaissons habituellement en slalom/freeride ?
PLC : Pour moi toutes les pratiques sont complémentaires, je ne dirais pas que c’est mieux ou moins bien mais pour moi l’avantage du foil se situe dans la tranche 8-15 nœuds où, avec une voile qui fait 2.0 m² de moins qu’en planche classique, tu peux vraiment t’éclater et aller maintenant quasiment aussi vite que tes potes en slalom. Dans la navigation plaisir/raid et balade, les performances de remontées et de descentes au vent sont vraiment incroyables, tu te retrouves vite à faire des bornes sans t’en rendre compte et sans pour autant que ce soit trop physique. Pour ceux qui aiment aller se balader c’est vraiment génial. Avec le circuit de compétition qui se met en place actuellement, ça va aussi être un super moyen de retrouver le plaisir de régater pour tous ceux qui n’avaient pas forcément adhéré au circuit RS:X ou à la Formula Windsurfing. Ça peut rendre les compétitions plus accessibles à un grand nombre avec un matériel qui reste assez léger et une pratique qui n’est pas encore trop physique. Enfin d’un point de vue technique, le foil permet aussi d’apprendre énormément sur les réglages, la finesse de navigation, la position du gréement dans l’espace, les appuis, le gainage… Pour moi, c’est une super école qui permet de découvrir de nouvelles sensations et qui peut même faire progresser quand tu repasses sur d’autres pratiques.

 

WJ : Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se mettre au foil ?
PLC : Au niveau de l’équipement, je pense qu’au début il faut opter pour un foil plutôt accessible et stable associé à une planche assez volumineuse dans les 120 à 130 litres avec un peu de largeur. Pour la voile, en fonction du gabarit je conseillerai, une surface entre 5 et 7.0 m² avec des conditions de vent entre 10 et 15 nœuds et une mer plate si possible. C’est toujours plus facile de partir et de comprendre le fonctionnement quand ça pousse déjà un peu dans la voile, la navigation dans le 7 à 10 nœuds est déjà un peu plus technique même si ça vient assez rapidement aussi. La question de la sécurité est aussi très importante, le combo casque et gilet d’impact au début rassure pas mal pour les catapultes assez fréquentes. Certains foils sont aussi très coupants et les premiers waterstarts peuvent laisser des traces avec les jambes qui trainent dessous… Il faut vraiment faire gaffe à ça ou opter pour des chaussons avec une combinaison longue pour vraiment assurer le coup !

 

Pour en savoir plus sur Pierre Le Coq : www.pierrelecoq.fr

 

Source : Pierre Le Coq
Photos : G.Prado - F.Ban

tags: Pierre Le Coq windfoil

Articles similaires

Yunxiu Lu et Kiran Badloe s'imposent à Torbole

Au terme d’une dernière journée où l’attente aura...

Pierre Le Coq persiste et signe

3 nouvelles manches disputées mercredi sur les RS:X Windsurfing World Championships en...

Top départ à Torbole

3 courses mardi sur les RS:X Windsurfing World Championships en Italie permettent à...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer