La chronique hawaiienne de Raphaël Filippi

04/11/2016

En séjour actuellement sur l’île de Maui à Hawaii, Raphaël Filippi assiste en spectateur privilégié à la NoveNove Maui Aloha Classic qui se poursuit depuis 4 jours. Pour Windsurfjournal.com, il nous livre ses impressions en direct du spot d’Hookipa !

 

"Bienvenue à la XXL Aloha Classic !
Mercredi 2 novembre, c’est au tour des pros et des filles de rentrer en scène pour cette Aloha Classic version 2016. Le swell est monté d’un cran et les sets à taille de mât sont de plus en plus réguliers. Le vent, lui, est plutôt asthmatique et la tension est palpable dès le warm-up où tout le monde est surexcité. Camille Juban est le plus impressionnant et survole les débats alors que Ricardo Campello et Graham Ezzy règlent leurs comptes à coup de wishbone suite à un refus de priorité. Dès le premier heat, Levi Siver explique à ses 3 copains qu’il est bien le maître des lieux. C’est Josh Angulo qui en fait les frais et Leon Jamaer, l’allemand, assure et se qualifie. Keith Teboul, Pascal Hardy, Jason Polakow, Connor Baxter font le job. Le team Naish passe aussi au grand complet avec Robby Naish, Kai Lenny et Bernd Roediger. Chez les français, Laurent Guillemin peut retourner chercher ses filles à l’école malgré un 360° énorme sur sa dernière vague qui fait hurler la plage. Graham Ezzy et Ross Williams lui font la peau. Dans le clan français, Loïck Lesauvage et Julien Taboulet s’en sortent et se qualifient brillamment. L’infirmerie se remplie doucement avec Josh Stone qui laisse une cheville au combat et Jaeger Stone qui s’est fait une grosse entorse au genou en s’entrainant.
C’est ensuite aux filles de rentrer dans l’arène avec un vent de plus en plus irrégulier et des vagues qui commencent à être vraiment grosses. Sarah Hauser est très en forme et se qualifie facilement tout comme Ingrid Larouche, Sara Quita Offringa et Fiona Wilde. Alice Arutkin s’en sort et sera la deuxième française en quart de finale. Maria Andrès est out ainsi que Lena Erdil qui participait à sa première compétition de vagues à Hookipa après son titre de vice-championne du monde de slalom.
Ce matin (comprenez le jeudi 3 novembre), je suis réveillé par le bruit assourdissant de l’océan. La météo ne s’est pas trompée et la journée devrait être exceptionnelle. A mon arrivée sur le spot, le parking est rempli mais seuls Camille Juban et Boujmaa Guilloul osent se mettre à l’eau. Difficile d’estimer la taille des vagues mais le channel est complétement saturé. Les barres font 2 fois la taille du mât de Camille et ferment de Lane’s jusqu’à Pavillon. D’emblée, la décision est prise de ne pas lancer les filles et elles ont toutes, d’un coup, des mines réjouies !!! Les heats seront de 30 minutes avec une période de transition de 30 minutes pour tenter d’aller au large. Du jamais vu !!!
Camille Juban ouvre le bal et déchire tout simplement le spot. Le guadeloupéen met une leçon de waveriding à Marcilio Browne et élimine Jason Polakow. Les deux gagnants de ce heat ressortiront par les rocks sous les applaudissements de la foule amassée sur la butte. Mention spéciale à Pascal Hardy qui mettra 40 minutes et toute son énergie à atteindre le large en se faufilant entre les monstres de Lane’s. Ricardo Campello fait le show et reste dans la course malgré un gréement complétement explosé. Mauvais karma pour Boujmaa Guilloul qui se retrouve au mauvais moment au mauvais endroit et qui explose son matos. Le jet-ski tarde à le récupérer et Kai Lenny saute sur l’occasion pour scorer en assurant sur les monstres du large. Il a toutefois le wipe-out du jour sur un aerial suicidaire hallucinant.  Mauvais temps pour les légendes et Robby Naish fait aussi les frais de ces conditions capricieuses en se faisant éjecter par un Kevin Pritchard toujours aussi efficace en contest. Klaas Voget navigue bien mais n’a pas la faveur des juges devant Graham Ezzy. Surprenant et sans commentaire. Chez les frenchies, Wesh et Loïck Lesauvage n’ont pas la bénédiction des dieux hawaiiens et se retrouvent sur des vagues moyennes qui ferment et sont pleines de clapot. Ils finissent par une jolie chorégraphie de natation synchronisée devant les rocks mais ça ne marque pas de points donc fin de la belle aventure. Alex Mussolini assure et progresse doucement dans le tableau alors que Victor Fernandez est out lors de son premier heat. Après une jolie première vague, l’espagnol n’arrivera simplement plus à retourner au large !!! Il va maintenant être spectateur et E-30 doit gagner la compétition pour être champion du monde. Vu les prévisions pour demain où le swell doit être encore plus gros, tout reste possible dans l’attribution du titre. Bienvenue dans le jeu de la roulette russe hawaiienne !!!"

 

Pour en savoir plus sur Raphaël Filippi : www.raphaelfilippi.com

 

Source : Raphaël Filippi
Photos : Jimmie Hepp Photography

tags: Raphaël Filippi PWA World Tour NoveNove Maui Aloha Classic Hookipa

Articles similaires

Raphaël Filippi et les kids en trip

Ceux qui le connaissent le savent, Raphaël Filippi a su garder une âme d’enfant...

Un nouveau tridem version foil dans les tuyaux

Après le fameux quadem qui a fait couler tant d’encre en 2017 et qui a...

A la (re)découverte du Cap Vert

Raphaël Filippi, son fils César et Régis Bouron se sont envolés...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer