Publicité:

3 questions à Thomas Traversa

17/10/2017

Actuellement en Irlande afin d’affronter l’ouragan Ophelia, c’est une belle saison 2017 qui s’achève pour Thomas Traversa sur le PWA World Tour lui qui termine 6ème mondial de la discipline. Pour Windsurfjournal.com, F-3 revient sur les 3 seules étapes validées cette année et son résultat annuel…


Windsurfjournal.com : 7ème à Sylt et 6ème mondial au sortir de cette saison PWA 2017, le tout sans finale à Hookipa, on imagine que cette année ne restera pas comme l'une de tes meilleurs souvenirs ?
Thomas Traversa : 7ème à Sylt, ce n’est pas un si mauvais résultat et 6ème mondial, c’est un peu moins bien que les années précédentes mais c’est quand même pas mal donc je ne peux pas dire que ce soit une mauvaise année, loin de là. Je me place 3 fois dans les 8 premiers et je fais un podium à Pozo donc pour moi il y a quand même pas mal de points positifs dans cette saison, d’autant plus que je perds ma 4ème place pour seulement un demi-point à l’overall. Donc pas de regrets.

 

WJ : Quel regard portes-tu sur le tour mondial en vagues sur lequel tu es présent depuis de nombreuses années maintenant ?
TT : Le tour est chaque année plus ou moins le même, cette année nous n’avons pas eu d’épreuves au Danemark mais Klitmöller sera sûrement de retour en 2018. Pour Maui, c’est vrai que c’est dommage car cela apporte un gros plus au tour de vagues, mais là aussi j’espère que l’étape fera son retour dans le calendrier. Le problème est toujours le manque de budget, mais pour être honnête nos budgets, en tant que coureurs, ne sont pas énormes non plus, donc un tour avec beaucoup d’étapes peut aussi poser des problèmes pour la plupart des coureurs. Si Maui est de retour et que nous avons une étape au Portugal en juin comme annoncé, alors on aura de nouveau un beau tour en 2018.

 

WJ : Depuis très longtemps, le tour mondial tourne autour des mêmes épreuves qui ne se déroulent pas toujours sur des spots connus pour leur qualité du waveriding. A l'inverse le circuit IWT privilégie de belles destinations mais a des moyens limités et n'attire pas encore l'élite... Qu'est-ce qui pourrait donner un nouvel élan à la discipline selon toi ?
TT : Comme je viens de le dire le problème est toujours le manque d’argent pour organiser des événements. Le tour IWT propose de belles destinations mais avec très peu de prize money et une majorité de riders locaux, il ne peut pas être considéré comme un tour professionnel. Selon moi, le problème du manque d’argent ne se limite pas au windsurf, puisque le kite n’est pas capable non plus de proposer un tour mondial solide, et même la World Surf League en surf a des problèmes de financement et enregistre environ 30 millions de dollars de déficit annuel. Quoi qu’il en soit, nous avons la chance d’avoir un tour «  professionnel » en vagues et nous faisons de notre mieux pour qu’il soit chaque année plus équilibré et spectaculaire…

 

Pour en savoir plus sur Thomas Traversa : www.facebook.com/thomastraversaf3

 

Source : Thomas Traversa
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Thomas Traversa PWA World Tour

Articles similaires

The Windsurf Project - Project 1: France

Fine équipe emmenée par l’anglais Jamie Hancock, The Windsurf Project...

Cabo Verde par Pascal Schaback

Windsurfer suisse de son état, Pascal Schaback était en vacances sur...

3 questions à Thomas Traversa

Dernier vainqueur en date du dernier Red Bull Storm Chase en 2019, avant l’édition...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer