Publicité:

3 questions à Jack Pirie

11/10/2022

Scénariste et réalisateur anglais, Jack Pirie vient de sortir un film rare avec "The Storm Chaser" entre esthétisme et réalisme. Au micro de Windsurfjournal.com, il revient sur la genèse de ce documentaire et sa rencontre avec Thomas Traversa.

 


Windsurfjournal.com : Pourquoi t’es-tu intéressé au windsurf et à Thomas Traversa ? Connaissais-tu le monde du windsurf de réaliser The Storm Chaser ?
Jack Pirie : Je n'avais aucune connaissance réelle de l’univers du windsurf avant de faire le film. J'ai découvert Thomas après avoir regardé quelques vidéos de lui en ligne et j'ai été immédiatement attiré par son point de vue unique et l'élégance de ce qu'il fait dans ces conditions extrêmes. Nous avons fini par discuter pendant plusieurs heures et j'en ai appris davantage sur lui, sa méthodologie et le sport lui-même. Il est apparu clairement que pour Thomas, faire du windsurf dans des conditions de tempête n'était pas une question d'accomplissement personnel ou de risque de mort, mais plutôt une occasion de découvrir la nature dans son flux, et dans ses extrêmes, de renouer avec le rythme de la vie. Cette expérience m'a touché à un niveau émotionnel et j'ai voulu l'explorer dans un film. En passant du temps avec Thomas et d'autres personnes avec lesquelles il voyage (Jamie Hancock, Pierre Bouras), j'ai acquis une nouvelle appréciation de ce sport et des personnes qui le capturent sur pellicule. Être sur le terrain dans ces conditions demande un réel dévouement, mais finalement, c'est vraiment magique.

 


WJ : Quel est le principe du divertissement immersif qui est très présent dans cette production ?
JP : J'ai voulu créer un film qui explore les rencontres profondes entre les humains et la nature dans ses extrêmes. J'aime brouiller les frontières entre les genres au cinéma, et au cours de mes conversations avec Thomas, nous avons beaucoup parlé de l'énormité et de l'échelle des forces naturelles en jeu lors de la pratique du windsurf. Comment essayons-nous, en tant qu'humains, de donner un sens à ces choses ? La mythologie des tempêtes à travers l'histoire est un écho à cela, donc créer ces éléments plus fantastiques dans le film semblait être une extension naturelle. Il était également essentiel pour moi d'essayer de transmettre les sensations et le sentiment viscéral du windsurf dans ces conditions - de faire en sorte que le public le ressente comme Thomas le fait plutôt que d'être un observateur passif. Nous voulions capturer cette énergie et cette rudesse et faire en sorte que cela ne soit pas trop propre ou parfait !

 


WJ : Qu'as-tu appris de cette expérience et en particulier du tournage qui a eu lieu dans le nord de l'Espagne ?
JP : J'ai certainement acquis un grand respect pour des personnes comme Thomas et son équipe, qui consacrent une grande partie de leur vie à ce travail, et pour les niveaux incroyables de compétences et de capacités qu'ils possèdent.  Thomas chasse les tempêtes depuis des décennies et possède une intuition pour l'environnement naturel qui peut parfois sembler surnaturelle. Si vous voulez savoir quand le vent va changer ou quand la pluie va commencer, demandez à Thomas... Je me souviens l'avoir vu entrer dans ces eaux vraiment féroces directement depuis les rochers au large de la Galice, et vous saviez immédiatement que c'est quelque chose que la plupart des gens ne rêveraient jamais de faire. Mais il était totalement à l'aise. C'est une joie de voir quelqu'un qui est un véritable maître de son art. Pour ce qui est de ce que j'ai appris : un nouveau sens de l'humilité et de la patience ! La réalisation de ce film a été un jeu d'attente constant - et nous avons passé des heures à attendre que les conditions soient réunies pour essayer d'obtenir les plans dont nous avions besoin. Dès que l'on réalise que l'on ne peut rien contrôler, on trouve une certaine paix. J'imagine que c'est une partie intrinsèque du métier de windsurfer ! Lors de notre entretien, Thomas a dit une phrase qui n'a pas été reprise dans le film, mais qui m'a marqué : "Quand tu fais du windsurf, tu es toujours en mouvement, tu ne restes jamais assis à attendre quoi que ce soit", cela fait en quelque sorte écho au cycle de la vie, et je pense que c'est une notion très belle et très juste.

 

Source : Jack Pirie

tags: Jack Pirie The Storm Chaser Thomas Traversa

Articles similaires

The Storm Chaser

Les vidéos de windsurf pullulent sur les plateformes vidéos et autres...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer