3 questions à Dorian van Rijsselberghe

07/11/2019

Double médaillé d’or lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012 puis de Rio en 2016, le néerlandais Dorian van Rijsselberghe aura été l’un des plus ardents ambassadeurs pour que le support foil devienne un jour olympique. La ratification de la World Sailing tombée dimanche dernier, il revient avec Windsurfjournal.com sur cette décision hautement importante pour l’avenir du windsurf…

 

Windsurfjournal.com : Que t’inspire cette décision prise lors de la conférence annuelle de la World Sailing, toi qui a été un fervent promoteur du concept foil aux Jeux Olympiques ?
Dorian van Rijsselberghe : J'en suis très heureux. La planche sur laquelle nous naviguons actuellement est utilisée depuis 2006 et le monde n'est pas immobile, nous devons donc continuer à nous développer en tant que sport qu’est le windsurf également. En foil, nous allons beaucoup plus vite sur l'eau, ce qui rend la discipline plus rapide et plus spectaculaire à faire et à regarder. C'est une tendance générale que l'on observe dans de nombreux sports olympiques. Avec le choix de l'iFoil, je vois l'avenir du windsurf aux Jeux Olympiques pour l'instant assuré.

 

WJ : Tu as été un ardent promoteur de ce support, notamment au travers d’une lettre très virulente envoyée à la World Sailing il y a quelques mois ?
DVR : Au printemps, j'ai en effet écrit une lettre à World Sailing en leur demandant de reconsidérer leur décision dans l'intérêt du sport. Je n'écris pas de lettre à la va-vite en général mais cette fois-ci c'était vraiment nécessaire. Il s'agissait de l'avenir du windsurf et non de mon intérêt ou de celui de mon pays. Avec les Pays-Bas, nous avons une position assez dominante dans le windsurf olympique actuel avec Lilian de Geus chez les femmes et Kiran Badloe et moi-même chez les hommes. Ce que nous avons constaté en revanche, c'est que l'intérêt pour le sport dans le monde entier, et en particulier chez les jeunes, a diminué de plus en plus au fil des années. Aujourd'hui, les jeunes recherchent des sports rapides, spectaculaires et dynamiques. Avec le foil, le windsurf redevient un sport dans l’air du temps.

 

WJ : Depuis longtemps, c’est donc une véritable vision que tu portes et dont tu es l’un des principaux acteurs… ?
DVR : Oui mais je tiens à souligner que je n'ai certainement pas fait cela tout seul. J'ai souvent été le visage extérieur mais c'est vraiment un travail d'équipe. Nous avons développé cette vision avec et sous la direction d'Aaron McIntosh, mon entraîneur néo-zélandais. S'il y a quelqu'un qui doit en retirer tout le crédit, c'est bien lui. Nous avons eu beaucoup de discussions à ce sujet au cours des 3 ou 4 dernières années. Nous avons vraiment essayé de penser à une réponse à toutes les questions possibles qu’il pouvait y avoir. Finalement, avec un petit groupe de personnes comme Nick Dempsey, Glenn Ashby, Elliot Carney et Antonio Cozzolino, nous avons fait beaucoup d'efforts. Ces derniers mois, heureusement nous avons eu le soutien de nombreux autres athlètes. Maintenant, nous avons réussi et oui, j'en suis fier !

 

Pour en savoir plus sur Dorian van Rijsselberghe : www.lifeofdorian.com

 

Source : Dorian van Rijsselberghe
Photos : Waves - Carter/Pwaworldtour.com

tags: Dorian van Rijsselberghe World Sailing Jeux Olympiques Paris 2024 iFoil Starboard

Articles similaires

Les français brillent à Aarhus !

Epreuve majeure pour l’ensemble des supports olympiques qui avait lieu du 30 juillet au 12...

The Future Is Right Now

Alors que l’avenir du windsurf olympique (tout du moins pour Paris 2024) se jouera, en...

Du windsurf dans les canaux hollandais

Année post-olympique oblige, les athlètes en RS:X vivent une saison de transition...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer