Publicité:

WSWC - Jour 6

05/07/2011

Windsurfjournal.com est partenaire du Wave-Sailing Windsurfing Camp (WSWC) du 29 juin au 6 juillet à Lanzarote aux Canaries, ce stage de perfectionnement qui a pour particularité de s’adresser aux plus jeunes des apprentis waveriders puisque cette semaine est dédiée exclusivement aux 13 - 17 ans ! Résumé de la 6ème journée sur place grâce à la plume de Philippe Cachat, initiateur de ce projet.

 

"Je crois pouvoir dire qu’après cette journée, stagiaires et moniteurs ont tous les bras qui se sont allongés de quelques centimètres. Les prévisions se sont avérés justes mais pour nous qui découvrons  le spot un jour de gros, nous ne pouvions imaginer ce que ce lundi allait nous réserver.
Une fois le petit déjeuner avalé, nous réunissons le groupe à 10h15 pour un briefing contest. Nous redonnons les principaux points du règlement, notamment ceux qui ont évolué depuis la  répétition que nous avions faite deux jours auparavant. Mais également les procédures liées au déroulement du contest et les moves qui permettent de scorer.
Le plan d’eau ne ressemble aucunement à ce que nous avions vu les jours précédents mais vu du centre qui se situe à une centaine de mètres en contre haut de la mer, nous avons du mal à apprécier ce que cela peut donner réellement.
Après avoir vérifié les pieds de mât de chacun, nous décidons de naviguer juste en face de la plage sans chercher à remonter au vent pour plus de sécurité. Il faut savoir que tout ce qui se trouve à notre vent s’avère plus gros. Donc pas de cap autorisé avant de nous être retrouvés sur une plateforme mouillé à 200 mètres du bord. De là et après avoir apprécié les conditions depuis le plan d’eau, nous serons en mesure de décider du site où nous rendre. Nous avons deux impératifs, préparer au mieux le contest & évoluer en toute sécurité.
A ce niveau-là, il faut vraiment souligner la qualité exceptionnelle du service apporté par le CNS de Lanzarote. Nous aurons l’occasion de le vérifier à plusieurs reprises sur la journée. Pour l’heure, un bateau se trouve à l’eau, Eric Bellande  est lui posté sur la digue pour shooter mais dispose d’un cellulaire qui permet de prévenir la base en cas de soucis. Enfin, Laurent, le responsable du CNS, occupe sa place de prédilection pour checker l’ensemble de la zone de navigation, à savoir le toit du club, toujours équipé de ses jumelles. Il ne cesse de compter les voiles sur l’eau et indique le cas échéant la direction à  suivre pour le bateau afin de mener à bien le secours.
Le vent est assez rafaleux et oscille entre 25 et 30 nœuds. Nos deux poids plume, Loic et Jules sont en 2.7 et 3.3 m² mais Jules ne tardera pas à imiter Loic pour troquer sa 3.3 pour une 2.9 m². Le spot que nous avons choisi n’est pas seulement le plus sécurisé, il est pour le moment celui qui marche le mieux. Sauts et surfs sont possibles et dès lors le festival commence. Les réalisations ne sont pas toujours volontaires, ainsi Pierre, part en push loop alors qu’il pensait s’engager pour un back. Très vite, la rotation le dépasse puisqu’il ne parvient pas vraiment à la stopper. Il termine sur le dos, ne sachant plus vraiment où il habite. Dans l’ensemble ils sont  nombreux  ce matin à battre leur record de hauteur sur des late front loops, des high jumps. Justin s’accorde une première demi-heure pour poser ses late front puis la seconde à multiplier les back loops. La gymnastique s’avère payante puisque deux d’entre eux finissent par rentrer. Plus nous avançons dans la matinée, plus le plan d’eau est propre ce qui permet de mieux visualiser les sections à surfer ou à sauter. La particularité de ce spot est qu’il change de configuration avec les marées et nous regrettons de devoir rentrer pour respecter les horaires de restauration car les conditions sont maintenant parfaites.
Nous envisageons de retourner sur l’eau à 14h45, ce qui nous offre 1h30 de pause. Les stagiaires disposeront alors de 45 minutes d’échauffement avant de se regrouper pour un début du contest sur la plage de la Pulga à 15h55. Cette période d’échauffement n’est pas obligatoire mais vivement conseillée pour prendre la mesure du spot. J’ai le sentiment que les vagues sont plus grosses et le vent, si ce n’est plus fort, est plus établi que le matin. Je me demande s’il est bien raisonnable de lancer les heats dans ces conditions. Alors que j’en discute avec Marie qui travaille au club, je vois les premiers stagiaires remonter avec de drôles de mines. Ils souhaitent changer de voiles mais me confirment surtout, que c’est devenu très gros pour ne pas dire énorme. Je regarde Mathieu mais nous n’avons pas besoin de nous parler pour prendre la décision. Il n’y aura pas de contest aujourd’hui. Cela supposerait une logistique trop importante pour assurer la sécurité de nos jeunes coureurs. De plus, je ne suis pas certain que les stagiaires puissent s’exprimer à 100% de leur possibilité.
En effet, pour nous rendre sur la vague de la Pulga et pouvoir surfer la section dans sa meilleure portion, il nous faut remonter au vent. Ceci suppose d’avoir à traverser le reef dans l’outside. Et là ce sont des murs d’eau qui se dressent de ¾ face. Les séries dépassent taille de mât. Certains de nos jeunes jettent l’éponge assez vite, et parfois après avoir effectué une bonne grosse séance de natation. Et oui, il arrive qu’on ne parvienne pas à passer les "mémères" qui obstruent le passage. En revanche, d’autres sont impressionnants d’engagement. Mathieu et moi croisons au plus près ces derniers sur le plan d’eau et la vision qu’ils nous offrent et tout simplement irréelle. Limite "petite larme" en les observant descendre les murs d’eau qui les pourchassent. Je ne suis pas plus effrayé que cela, parce que s’ils sont là, c’est qu’ils ont confiance en eux et je remarque que les fautes techniques sont rares. Leur assurance est bluffante. Devant Stevan Van Broeckhoven et pas vraiment impressionné par le personnage, Victor  envoie un gros front alors qu’une masse liquide menace 75 mètres plus au vent. Jules et Jeff se portent au secours d’un adulte ayant cassé au milieu des séries. Si vous ajoutez à cela la beauté du site, vous comprendrez que la journée restera gravée dans nos mémoires. Nous ne regrettons pas le choix de l’annulation du contest. Les prévisions restent excellentes pour le lendemain et nous aurons de quoi valider au moins trois heats et une super session.
En soirée, tout notre petit monde panse ses plaies et étire les muscles endoloris après cette intense journée. Marie qui travaille sur le club, a réservé un restaurant à Tapas pour le grand groupe. A l’image du CNS de Lanzarote, elle aura tout fait pour que le camp se déroule dans les meilleures conditions. Nous l’en remercions sincèrement.
En relisant ces quelques lignes, je me rends compte que le programme a été moins chargé que les journées précédentes mais qu’il y avait visiblement plus de choses à écrire !"

 

Pour en savoir plus sur le Wave-Sailing Windsurfing Camp : www.wave-sailing.com/fr/evenements/windsurfing-camp et www.sport-away.com

 

Source : Philippe Cachat
Photos : Eric Bellande/Direct-image.fr

tags: évènement Wave-Sailing Windsurfing Camp Lanzarote

Articles similaires

Evénement : Kauli Seadi à Leucate !

En Europe depuis plusieurs semaines maintenant, le brésilien Kauli Seadi va là...

Evénement : Surf-Festival Fehmarn 2016

En France tous les ans pour le week-end de l’Ascension, les windsurfers ont droit au...

La Semaine Affoilante : Quelques images signées Quiberon TV

Par nos confrères de Quiberon TV, quelques images de La Semaine Affoilante qui avait...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer