Les frenchies nous vendent du rêve !

26/07/2021

MAJ
14h45 :
Disqualifié de la course n°5 après une réclamation tardive, le néerlandais Kiran Badloe rétrograde à la 3ème du classement général, l'italien Mattia Camboni est en tête suivi du suisse Mateo Sanz Lanz. L'italien Mattia Camboni a protesté contre le néerlandais Kiran Badloe concernant un incident bâbord/tribord à la marque au vent où Badloe n'avait pas réussi à se dégager de Camboni. La protestation a entraîné la disqualification de Badloe de la 5ème course dans laquelle il avait terminé 2ème.



Dans des conditions plus ventées que la veille, Charline Picon et Thomas Goyard réalisent la journée presque parfaite lundi à Enoshima pour la 2ème journée de ces Jeux Olympiques en windsurf, des résultats qui, croisons les doigts, préfigurent du très bon pour la suite…

Un vent plus frais que la veille entre 14 et 16 nœuds de secteur Nord-Est est au rendez-vous sur le rond Enoshima en ce lundi avec des femmes qui partent cette fois les premières à l’eau et au programme du jour 3 courses à suivre. Restée sur une victoire la veille, la néerlandaise Lilian de Geus est attendue au virage mais elle se fait cueillir à froid par 2 concurrentes qui ont décidé de montrer les crocs, l’anglaise Emma Wilson et la chinoise Yunxiu Lu. Fille de Penny Wilson, qui a elle-même participé aux JO en windsurf lors des olympiades de 1992 à Barcelone et 1996 à Atlanta, Emma Wilson a pour elle la fougue de la jeunesse, une certaine expérience en RS:X et surtout le capitale confiance engrangé après ses bons résultats de la veille. 1ère, 4ème et 2ème des 3 manches du jour, l’anglaise entend bien continuer à jouer les trouble-fêtes parmi les favorites. Après sa dernière manche ratée la veille, 25ème, la chinoise Yunxiu Lu a bien compris qu’elle n’avait plus droit à l’erreur et celle qui est généralement intraitable dans le vent léger se montre également redoutable dans les brises modérées. 2 fois 2ème et victorieuse de la dernière course du jour, elle est la concurrente qui monte en régime et qui sera à surveiller dans les jours à venir. Après une 1ère course moyenne et une 9ème place, Charline Picon se refait tout de suite avec une nouvelle victoire suivie d’une 4ème place qui lui permettent de rester en tête après 6 courses disputées. Sereine, la française prouve qu’elle est dans le coup et sa victoire du jour rappelle à ses adversaires qu’elle ne lâchera rien. Toujours favorite sur le papier, la néerlandaise Lilian de Geus peine pour sa part à trouver le rythme et est désormais 6ème au classement général, loin de ses ambitions de médaille d’or.

Chez les hommes, la journée débute comme elle s’était terminée la veille avec une victoire du néerlandais Kiran Badloe. A l’instar de son compatriote Dorian van Rijsselberghe par le passé, on se dit alors que la fusée néerlandaise est désormais bien lancée mais c’est sans compter sur le français Thomas Goyard qui a décidé de venir mettre son grain de sel dans l’histoire. Incisif, fin tacticien et surtout très rapide dans ses conditions, le néo-calédonien loupe certes sa 1ère course du jour (13ème en raison d'un footstrap avant arraché) mais joue avec les meilleurs dans les 2 suivantes avec, luxe ultime, 2 victoires d’affilée dont une in extremis dans la dernière course du jour devant le norvégien Endre Funnemark. 4ème au classement général, Thomas Goyard sait désormais qu’il a toutes les armes pour décrocher une médaille. Auteur d’une belle journée, (1er, 2ème et 6ème), Kiran Badloe prend logiquement la tête de l’épreuve, mais certainement pas avec l’avance qu’il aurait espéré, alors que, juste derrière, jouent placés l’italien Mattia Camboni et le suisse Mateo Sanz Lanz.
Mardi, journée de repos méritée sur cette épreuve en RS:X des Jeux Olympiques de Tokyo 2020, l’occasion de faire le point, d’analyser les 6 courses déjà disputées et de revenir encore plus fort mercredi pour la dernière ligne droite avant les medal races prévues samedi…

 

Les réactions des français

Charline Picon
"Je vais bien, je suis toujours dans le match. C’était pourtant une journée qui pouvait vraiment être piège dans le sens où cela fait longtemps que l’on n’a pas eu du vent de terre comme ça… d’autant qu’il était plus fort que prévu avec jusque 18 nœuds de vent. Ce sont des conditions que j’aime bien depuis quelques temps donc la vitesse était là. Mais sur la première manche, j’ai loupé un gros coup, à cause de vents instables, des risées, des bandes de vent. C’est difficile de contrôler toute la flotte. La Chinoise et l’Anglaise ont fait de belles journées mais je gagne quand même une manche, j’en fais une autre où je suis 4ème et une moins bonne. Le but c’est d’être toujours dans le match car certaines concurrentes ont marqué des points. Les conditions vont encore changer, on est à la moitié de la compétition. Demain nous sommes en repos, il ne faut pas perdre le rythme mais ça ne peut pas faire de mal. Hier on a eu une journée intense à cause de la chaleur. Comme pour le triathlon, la voile est un sport d’extérieur et les conditions sont extrêmes ici : on prend vraiment cher. Trois manches de 25 minutes sous ces chaleurs, sur 4 journées, il faut imaginer que c’est très physique. On va voir comment les concurrentes tiennent et comment je vais tenir. Normalement, je suis préparée pour ça. Hier je me disais que peut-être qu’un jour je passerais la ligne d’arrivée en vomissant. Mais à mi-championnat, le but c’était de se placer car en voile on ne sait jamais à quelle sauce on va être mangées. Tout reste à faire ! Là je vais aller faire descendre ma température dans une cryothérapie qu’on a installé sur la marina. La nourriture et l’hydratation sont vraiment très importantes. J’ai aussi des bottes de récupération et de la kiné. Cette nuit je n’ai pas très bien dormi… mais je suis une maman, c’est pas tellement un drame une mauvaise nuit !"

 


Thomas Goyard
"Deux supers manches aujourd’hui. Je suis super content d’avoir gagné des manches aux Jeux Olympiques, ça fait plaisir ! J’espère que je vais rééditer ces belles performances ces prochains jours. On va avoir d’autres conditions pour le 3ème jour. Sur la première manche j’ai eu des soucis techniques avec mon strap qui s’est arraché alors que je l’avais revissé juste avant.. Mais c’est une belle journée quand même !"

 

Pour en savoir plus sur les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 : www.olympics.com

 

Source : World Sailing - FFVoile
Photos : Sailing Energy/World Sailing

tags: Jeux Olympiques Tokyo 2020 Charline Picon Kiran Badloe

Articles similaires

Un nouveau projet olympique pour Charline Picon

A l’honneur ces derniers jours lors de la parade qui était organisée dans le...

6 questions à Thomas Goyard

Outsider sur le papier, c’est pourtant avec une belle médaille d’argent que...

6 questions à Charline Picon

Médaillée d’argent sur les Jeux Olympiques de Tokyo, 5 ans après...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer