Publicité:

L\'oeil de Thomas Traversa

11/02/2014

Parmi les meilleurs waveriders mondiaux du moment, le français Thomas Traversa entre un peu plus dans la légende en remportant le week-end dernier en Cornouailles le Red Bull Storm Chase. Pour Windsurfjournal.com, F-3 revient sur cette ultime mission qui vient de le sacrer maître ultime des tempêtes !!!

 

"J’étais à la maison à Marseille lorsque l’alerte a été donnée et j’étais préparé car il y avait eu une première alerte la semaine qui avait précédé. L’organisation du Red Bull Storm Chase nous avait prévenus, en annulant la 1ère alerte, il y avait des chances qu’une autre arrive les jours suivants.
Je ne connaissais pas du tout la Cornouailles, j’ai été un peu étonné que cette nouvelle destination soit ajoutée aux précédentes et aussi un peu déçu que ça ne se passe pas en France par exemple. Mais en même temps, je savais que ça allait être une bonne tempête avec de la grosse houle ainsi que du vent sur presque 2 jours. On ne savait pas trop à quoi s’attendre mais il y avait Timo Mullen, l’un des juges, qui nous avait bien briefés sur les conditions que nous allions rencontrer.
Arrivés à Londres jeudi, nous nous sommes fait les 5/6 heures de route pour arriver le soir même sur place. La journée de vendredi nous a ainsi permis de repérer le spot et de préparer le matos tranquillement. Il y avait même un peu de vent pour faire une petite session et au moins s’habituer à l’eau froide. Des 3 missions, c’est vraiment celle où l’on a eu le plus de temps.
En arrivant sur place, j’espérais bien faire. En ayant bien marché lors des 2 premières missions, je me disais que j’avais mes chances et que ça aurait été dommage de finir dernier de la finale. L’idée était au moins de finir dans les 3 premiers mais bon, tout était possible et nous aurions pu tous autant gagner les uns que les autres.
Le matin du 1er jour, c’était vraiment la pure tempête et à Gwithian, c’était un peu comme un spot normal mais en géant avec double taille de mousse à passer et du vent vraiment très fort !!! Nous avons fait un heat mais l’organisation a été assez intelligente pour comprendre qu’il fallait qu’on bouge. Mais à la limite, c’était bien de faire au moins cette manche dans ces conditions car ce sont les plus grosses vagues que nous n’ayons jamais eues. Pour la suite à The Bluff, nous avons pu faire 3 belles manches dans des conditions vraiment super avec du side offshore, taille de mât et super propre. Ça n’était pas aussi bien que la Tasmanie mais presque !
Par rapport aux 2 précédentes missions, j’ai trouvé que ça faisait un peu plus ambiance compétition… Le fait que nous n’étions plus que 4, que tout le monde avait ses chances de gagner, c’était un peu moins la rigolade. Après, lors de la 1ère session, nous étions tous un peu tendus face aux conditions mais lorsque l’on a changé de spot, nous l’avons pris un peu plus cool.
Au sortir de la 1ère journée, je savais que Marcilio Browne était 1er en saut, moi 1er en surf. A ce moment-là, c’était encore serré avec Leon Jamaer qui avait également le meilleur saut de la journée donc tout était encore possible. Nous n’avions pas les résultats, nous ne savions pas s’il allait y avoir assez de vent pour courir le lendemain, si c’était fini ou pas et puis c’est la session du dimanche matin qui a permis de tout mettre au clair.
A l’annonce du résultat, le sentiment était aussi fort mais différent par rapport à ma victoire en PWA à Klitmöller en 2012. Au Danemark, ce n’était finalement que sur une journée, là c’était une victoire au terme de 3 trips avec des conditions très différentes à chaque fois avec une épreuve qui dure depuis 1 an ! C’est vraiment un sentiment spécial car c’est un titre que je serai peut-être le seul à jamais avoir et qui veut dire quelque chose pour moi en tout cas.
Au final, tout ça a montré que le windsurf dans ces conditions, ce n’est presque pas le même sport que l’on connait habituellement. Ce n’est pas de la technique pure à répéter le même mouvement. Là c’est 90% dans la tête. L’habilité, nous l’avons tous, tout se joue ensuite différemment. Je ne sais pas si c’est l’envie et la leçon à retenir, c’est que tout le monde peut !"

 

Pour en savoir plus sur Thomas Traversa : www.teamfrancewindsurf.com

 

Source : Thomas Traversa
Photos : Sebastian Marko/Red Bull Content Pool - Simon Crowther/Red Bull Content Pool

tags: oeil de Thomas Traversa Red Bull Storm Chase Mission #3 Angleterre Cornouailles

Articles similaires

L'oeil de Tristan Algret

Longtemps sur le podium de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, le...

L'oeil de Marion Mortefon

Longtemps en tête de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, Marion Mortefon...

L'oeil de Pierre Mortefon

En remportant 3 des 4 manches disputées sur l’Alaçati PWA World Cup, le...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer