Publicité:

L\'oeil de Björn Dunkerbeck

14/10/2013

Vice-champion du monde de la discipline l’an dernier encore, c’est une saison cauchemardesque qu’a vécu en 2013 Björn Dunkerbeck, lui qui devra se contenter cette année d’une bien modeste 13ème place. Pour Windsurfjournal.com, SUI-11 revient sur cette contre-performance majeure dans sa carrière et ne mâche pas ses mots !

 

"2013, une 13ème place et un résultat qui n’est pas bon du tout. Lors des 4 épreuves, 90% du temps j’ai navigué en iSonic 127 et Severne Sails Reflex 4 9.6 m² et parfois c’était trop juste. J’ai utilisé ma 8.6 m² et ma 107 litres durant 4 heats dans toute la saison et 2 fois c’était aussi un quiver trop petit !
Les nouvelles règles de course y sont pour beaucoup, c’est tout simplement une farce, le slalom est une discipline pour faire des courses rapides, pas pour naviguer en 9.6 m² sous toilé. Les limites de vent ont toujours été faites pour assurer des courses justes mais toujours rapides, c’était 18 nœuds dans les années 90 puis ça a baissé à 15, 12, 11 puis 7 et maintenant 7 nœuds mais un seul gars plane durant la course et celle-ci est validée quand même. Il suffisait de suivre le live streaming à Sylt pour comprendre… 11 à 15 nœuds sur un plan d’eau mais avec de gros trous d’air avec 5 nœuds, pour moi ce n’est pas du slalom même si ça permet à de nouveaux visages de se faire remarquer.
Je me souviens d’épreuves de slalom au Japon dans 65 nœuds, à Pozo avec 40 à 50 nœuds mais aussi à l’Almanarre, à La Torche et même à Maui lors de l’Aloha Classic et je pense que beaucoup ont encore à l'esprit ces courses.
La règle du no rules est allée trop loin, celle de la limite de vent également même si c’est dans le bon sens de vouloir valider des épreuves absolument. Au départ, le principe des conditions acceptables étaient utilisées lors de la 1ère manche de slalom pour au moins valider une course mais pas pour être à la limite tout le temps…
Tout cela va tuer la discipline du slalom très bientôt si les choses ne changent pas. Peter Brockhaus était à Sylt la semaine dernière, l’inventeur des limites de vent en windsurf, le propriétaire de F2 du tout début jusqu’aux années 90, celui-là même qui a été un des premiers à introduire le windsurf en Europe et qui a aussi lancé Mistral, et il m’a demandé sur la plage quelle était la limite de vent en course… Quand je lui ai dit 7 nœuds, il s’est mis à rire en disant que cela allait tuer le sport !
Malgré tout, je serai présent en 2014 car il semble qu’il y ait 7 à 8 épreuves prévues l’an prochain et il reste à espérer que le vent soit meilleur. Mais je vais aussi participer à des longues distances comme la Lancelin Ocean Classic en Australie, la St Barth Fun Cup et je pense aussi au Défi Wind pour soutenir ses épreuves qui sont importantes pour le windsurf. J’espère aussi que l’on pourra revoir une épreuve de vitesse à Fuerteventura en juin prochain comme cela est dans les tuyaux.
En attendant, je me concentre désormais sur la Namibie et le Chris Benz Lüderitz Speed Challenge où je serai présent du 22 octobre au 10 novembre, une épreuve où il y a un super esprit et du vent. L’objectif est d’aller chercher les 100 km/h et le record et cette fois, ce sera du windsurf dans du vrai vent !!!"

 

Pour en savoir plus sur Björn Dunkerbeck : www.dunkerbeck.com

 

Source : Björn Dunkerbeck
Photos : PWA/John Carter

tags: oeil de Björn Dunkerbeck PWA World Tour GP Joule PWA World Cup Sylt

Articles similaires

L'oeil de Tristan Algret

Longtemps sur le podium de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, le...

L'oeil de Marion Mortefon

Longtemps en tête de l’Alaçati PWA World Cup en Turquie, Marion Mortefon...

L'oeil de Pierre Mortefon

En remportant 3 des 4 manches disputées sur l’Alaçati PWA World Cup, le...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer