Fred Bonnef en windfoil à Tarifa

24/11/2016

Garçon dont nous vous relations le parcours en mai 2013, un an tout juste après son terrible accident de la route (cf notre news du 21 mai 2013), Fred Bonnef mord depuis la vie à pleines dents et partage son existence de waterman confirmé entre les Landes en France et les environs de Tarifa dans le Sud de l’Espagne. SUPer passionné, windsurfer de la 1ère heure, l’intéressé s’est dernièrement initié au windfoil et c’est un récit très intéressant qu’il nous livre, la frontière semblant visiblement bien mince entre windfoil et SUP foil.

 

"Voler, ne plus accrocher l’eau mais continuer à y être connecté, il y a tellement peu de bruit en l’air que l’on peut entendre la goutte d’eau tomber de sa planche vers l’eau… J’avais déjà accroché avec cette sensation, d’abord avec le SUP foil puis plus récemment avec le windfoil que j’avais essayé avec des footstraps. Mais dernièrement, j’ai encore beaucoup plus adoré lorsque j’ai installé une voile et un foil sur mon SUP. Même avec la présence de la voile, la sensation de surf est totale, on ressent plus l’utilisation de la houle, du clapot ou des vagues que sur une planche avec des footstraps, ce qui est peut-être dû à la position plus centrale du foil sur la planche ainsi que du corps au-dessus du foil qui permet de mieux ressentir "l’énergie sous-marine".
Le fait de pouvoir déplacer les pieds est un plus en terme de sensations, d'appuis et permet un pumping de planche plus efficace pour rester en l'air lorsque l'on perd la vague ou sa vitesse. Je prends des houles à 500 mètres de la plage que j’essaye de suivre jusqu’à ce qu’elles se transforment en vague au bord.
Dans cette configuration, il ne s’agit pas d’aller vite mais au contraire de rendre neutre sa voile pendant le surf et de ne l’utiliser que comme un moyen de propulsion pour se lancer dans la houle, comme s’il s’agissait d'une rame. On se lance dans les vagues et on décolle avec très peu de vent, on y trace des courbes aériennes en essayant d’y anticiper les zones de puissance comme on le ferait en surf, avec une vision et un ressenti bien différent. La sensation me rappelle celle d’un downwind en stand up paddle, où le but du jeu est de connecter les bumps (houles ) pour aller le plus vite possible en utilisant seulement l’énergie de l’océan. Là c’est à peu près la même chose sauf qu’il n’y a que le bruit du vent et que l’on survole totalement le plan d’eau, avec une lecture de houle rendue encore plus facile par la hauteur. Les conditions idéales sont selon moi un vent entre 10 et 20 nœuds, et de la houle. C’est complètement dingue et j’ai hâte de continuer à apprendre, ressentir et connecter avec l’océan grâce à cet engin unique. Je tiens à remercier Ketos Foil pour cette nouvelle collaboration. J’utilise la planche Fanatic Stubby 8’2 customisée pour recevoir un Ketos foil So easy. Un superbe ensemble polyvalent et efficace, une seule planche pour 4 utilisations : SUP, windsurf, SUP foil, windfoil."

 

Pour en savoir plus sur Fred Bonnef : www.youtube.com/channel/UCd9UgBwg-sZUV29im_JuQZA

 

Source : Fred Bonnef

tags: Fred Bonnef windfoil

Articles similaires

10 questions à Fred Bonnef

Installé à Tarifa dans le Sud de l’Espagne, Fred Bonnef vit...

Fred Bonnef, une leçon de vie

Garçon qui profite aujourd’hui de chaque instant passé sur l’eau...

Raphaël Filippi et Fred Bonnef à Puerto Rico

Il y a quelques mois, Raphaël Filippi et Fred Bonnef se sont envolés pour Puerto...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer