Publicité:

Douche froide à Weymouth

31/07/2012

Le soleil qui rayonnait sur le site de Weymouth-Portland lors des premiers jours de course sur ces Jeux Olympiques de Londres 2012 a laissé la place à un temps typiquement anglais en ce mardi avec un vent de sud-ouest modéré et de la pluie.
Comme prévu au programme olympique, ce sont les hommes qui ouvrent le bal sur le rond Weymouth Bay West Course, une des 3 zones situées au large.
Depuis le matin, la tension est palpable sur le site, enjeu oblige mais aussi la faute à une sombre histoire de grip de wishbone trop épais au goût de certains concurrents et qui occupent les esprits depuis quelques jours. Trop épais, favorisant les tendinites et nécessitant d’être poncé pour les uns, qu’il ne faut pas toucher pour les autres, la guerre fait rage entre 2 clans, les instances olympiques, toujours droites dans leurs bottes, tranchant finalement pour qu’il n’y ait aucune modification possible, même un léger ponçage du grip !
12h, les choses sérieuses commencent pour les hommes avec la course n°1. Dans un vent frais aux alentours des 15 nœuds, l’option de partir en bout de ligne semble la plus payante d’autant plus que le vent semble plus favorable à gauche du parcours pour la remontée vers la bouée n°1. En forme et parmi les favoris, le néerlandais Dorian van Rijsselberge est dans son élément. Concentré mais détendu à la fois bien avant le début des hostilités, NED fait sa course et accélère, 34 secondes d’avance puis 38, 40 et enfin 42 secondes en coupant la ligne d’arrivée, le néerlandais est intouchable. Le polonais Przemyslaw Miarczynski l’a bien compris et, plutôt que de prendre des risques, contrôle à distance le grec Byron Kokalanis et l’allemand Toni Wilhelm, ce dernier prenant finalement la 3ème place. Au fur et à mesure des passages aux bouées, l’étonnement puis la stupeur gagne les spectateurs (physiques et virtuels) comme le clan français présent sur place, Julien Bontemps est à la peine en milieu de flotte. Dans les 20, le français a cassé son aileron et termine comme il peut, ne pensant déjà qu’a une chose, en changer le plus vite possible et repartir dans la bataille pour la 2ème manche… Cette seconde course est un parfait copier-coller de la première quelques minutes plus tôt avec un Dorian van Rijsselberge qui s’envole, accentue son avance et met cette fois Przemyslaw Miarczynski à plus d’une minute derrière lui, Toni Wilhelm venant à nouveau compléter le podium du jour. Derrière, l’aileron cassé de Julien Bontemps n’est visiblement pas son seul souci et le français manque clairement de vitesse à la remontée au vent, au prise avec un gréement trop rigide, trop puissant comme il le décrira plus tard…
Les femmes s’élancent à leur tour et, dans ces conditions ventées, c’est l’espagnole Marina Alabau qui prend les commandes suivie de l’inévitable israélienne Lee Korzits et de l’anglaise Bryony Shaw. Dans ces conditions qu’elle affectionne particulièrement, ISR accélère et passe en tête au second bord de près, un bord fatidique pour Shaw qui perd 4 places à la plus grande joie de l’ukrainienne Olga Maslivets qui prend la 3ème place de cette course. On le sait, moins à l’aise dans ces conditions, la française Charline Picon se bat bien malgré un départ moyen et termine 9ème, au coude à coude avec la finlandaise Tulli Petäjä. Lancée dans la foulée, la 2ème manche n’est pas loin de ressembler à la première à cette différence près que le vent baisse légèrement. Sur un parcours moins planant, Marina Alabau récidive mais garde cette fois la tête de la course jusqu’au bout suivie de la polonaise Zofia Klepacka et de l’israélienne Lee Kortzits. Toujours aux portes du top 10, Charline Picon ne parvient pas malheureusement à faire la différence et prend la 11ème place de cette dernière manche du jour.
Si les favoris sont au rendez-vous avec Marina Alabau et Dorian van Rijsselberge en tête après cette première journée, une journée avec aussi son lot de bonnes et de moins bonnes surprises, une question est sur toutes les lèvres françaises et même étrangères désormais, annoncé grand favori mais 19ème au classement avec 8 courses encore à venir et une seule discard, Julien Bontemps réussira t’il l’exploit de revenir dans le top 3 ?

 

Voir les classements après 2 manches

 

 

Pour en savoir plus sur les Jeux olympiques Londres 2012 : www.london2012.com/fr et www.sailing.org/olympics/london2012/home.php

 

Source : ISAF
Photos : Jean-Marie Liot/DPPI/FFVoile - onEdition 2012

tags: olympisme Jeux Olympiques Londres 2012 Marina Alabau Lee Korzits Zofia Klepacka Charline Picon Dorian van Rijsselberge Przemyslaw Miarczynski Toni Wilhelm Julien Bontemps

Articles similaires

Olympisme : Une session sans un bruit

Autre avantage non négligeable du foil, le silence sur l’eau, la preuve avec...

Olympisme : Clap de fin à Hyères

Un vent capricieux et très irrégulier dimanche à Hyères pour la...

Olympisme : 3 manches samedi à Hyères

3 nouvelles manches validées samedi à Hyères sur la Sailing World Cup...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer