3 questions à Taty Frans

22/08/2017

Le samedi 29 juillet dernier, c’est un accident grave et d’une rare violence qui avait lieu en pleine finale du slalom n°7 entre Taty Frans et Pierre Mortefon dans le cadre de la Fuerteventura World Cup à Sotavento aux Canaries. Quelques semaines plus tard, les esprits apaisés et les nouvelles sur l’état de santé des 2 protagonistes étant bien meilleures, nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce fait de course unique et sans précédent qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves encore... 2ème à s’exprimer après Pierre Mortefon et Rich Page, le tour manager du PWA World Tour, Taty Frans…


Windsurfjournal.com : Personnellement, as-tu le sentiment que tes actions ou ton attitude ont été dangereuses lors de cet accident ou penses-tu qu’il s’agissait de la course ?
Taty Frans : Ce n’est pas une question de sentiment, il s’agit d’abord de savoir que j’étais en course et que ma décision de changer de cap et d’abattre a été motivé par Julien Quentel qui était à mon vent afin de l’éviter et d’avoir une collision. J’ai vu qu’il y avait un espace au moment d’arriver à la 1ère bouée. Et jusqu’à aujourd’hui, car j’ai toujours des flashbacks de la scène, je peux encore me rappeler de n’avoir vu qu’Antoine Albeau sans remarquer que Pierre Mortefon était juste en dessous de moi… Déjà lancé très vite, quand j’ai encore accéléré, j’ai entendu Pierre me dire quelque chose comme "Hey Taty" mais avec toute cette vitesse, comment voulez-vous réagir suffisamment pour éviter le crash ? C’est impossible. Bien sûr, ce n’était pas intentionnel d’avoir une collision. Pourquoi aurais-je pu risquer ma vie, pourquoi me blesser moi-même ou quelqu’un d’autre et ruiner ma propre course ? Cela n’a pas de sens…


WJ : Tu as été gravement blessé à la jambe lors de cet accident avec des conséquences qui auraient pu être bien plus graves, voire fatales… Avec le recul et l’expérience tirée de cet accident, modifieras-tu la façon dont tu abordes les manches en fonction de ton attitude ou de ta tactique de course ?
TF : Si j’avais su que Pierre était juste en dessous de moi, je n’aurai jamais changé ma trajectoire pour aller attaquer la 1ère bouée. La dangerosité en course, c’est lorsque quelqu’un fait toujours la même chose, que tout le monde le remarque et que vous finissez par avoir un carton jaune. Lors de l’accident survenu au cours de ce slalom n°7, personne n’a vraiment pensé que c’était le cas ou que ça aurait pu l’être. Cela aurait pu être bien pire mais pas fatal, c’est ce que je crois. Si vous abordez les choses de manière négative, le pire peut alors vous arriver mais Pierre s’en est sorti sans gros bobos et a pu continuer à courir dès le lendemain. Comme ce crash n’est pas quelque chose de délibéré, je ne peux pas beaucoup changer les choses. Les gens ont souvent peur quand quelque chose d’effrayant se déroule mais c’est ainsi et c’est aussi humain. Si vous vivez dans la peur, vous n’essaierez rien. Mon attitude est solide et je sais que ma tactique en course est bonne. La prochaine fois, je serai plus prudent en regardant autour de moi avant de prendre une décision mais c’est du bon sens et cela n’a rien à voir avec la tactique ou les règles de course.

 

WJ : Le cas échéant, penses-tu qu’un changement dans les règles de course pourrait éviter ce type d’accident et penses-tu que la règle du no rules est suffisamment sécurisée ou doit-elle être modifiée pour rendre les choses plus sûres ?
TF : Ajouter des règles à chaque accident qui arrive détruira tout l’excitation qu’il y a autour de la discipline du slalom. Peut-on imaginer une nouvelle règle pour ce qui est arrivé à Ethan Westera qui est tombé au jibe et qu’un autre concurrent lui est passé dessus en lui coupant la jambe ? Faut-il interdire les tentatives de triple loop en vagues ou lorsque les vagues font plus de 3 mètres ? A mon avis, règles ou pas, un accident peut toujours arriver, il suffit de regarder ce qu’il se passe en Formule 1 ou en moto GP. Les accidents arrivent et font partie de la course. Personne ne court pour percuter quelqu’un juste pour le plaisir de le faire. Si c’est ce que pensent certains alors vous avez tout faux. Bien sûr, j’aimerai que l’accident ne se soit jamais produit, j’ai souffert plus que tout le monde dans cette histoire et je ne voulais pas ruiner la course de Pierre. Mais ce n’était qu’un accident, rien de plus…

 

Pour en savoir plus sur Taty Frans : www.facebook.com/TatyNB9

 

Source : Taty Frans
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Taty Frans PWA World Tour Fuerteventura World Cup Pierre Mortefon

Articles similaires

Défi Wind Caribbean 2019

Epreuve restée quelque peu "confidentielle" cette année en raison du...

Taty Frans dans son jardin à Bonaire

Destination longtemps, et souvent, identifiée à un seul vivier de futurs champions...

3 questions à Rich Page

Le samedi 29 juillet dernier, c’est un accident grave et d’une rare violence qui...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer