3 questions à Robby Naish

02/05/2019

Depuis quelques semaines, le concept wingfoil/wingsurf interpelle et rend les discussions aussi animées que passionnées sur les réseaux sociaux. Et histoire d’en remettre une couche, c’est Robby Naish qui s’est affiché dernièrement avec ce nouveau support. Intrigués nous aussi, nous avons voulu en savoir un peu plus sur son intérêt pour cette discipline à mi-chemin entre windsurf et kitesurf, lui qui, généralement par le passé, a souvent eu du nez sur les nouvelles tendances à venir…

 

Windsurfjournal.com : Ce concept d’aile n’est pas vraiment nouveau et quelques marques s’y intéressent de près depuis quelques mois… Quel a été le point de départ chez Naish de ce que tu appelles le Wing-Surfer ?
Robby Naish : Bien que nous ne soyons pas les premiers à fabriquer des ailes gonflables de ce type, c’est pourtant un concept sur lequel nous réfléchissons depuis un moment en cherchant à proposer un support afin de faire du downwind en foil. Je n’ai jamais été très fan des downwinds, en SUP comme sur n’importe quel autre support d’ailleurs. J’apprécie que d’autres personnes en fassent et je suis impliqué dans le développement des produits mais, personnellement, je ne me suis jamais vraiment intéressé à ce sujet et ce pour une raison simple, je trouve que c’est encore trop lent. J'ai fait un jour un test d'aile avec Michi Schweiger (NDLR : Product Manager Naish Windsurfing) et Bernd Roediger, et j'ai donné à Bernd une des ailes Naish de kite, la Boxer, en petite surface, afin qu’il l’utilise directement en la tenant par les mains plutôt que d’utiliser une pagaie. Ça n'a pas très bien fonctionné mais il était quand même beaucoup plus rapide que nous qui ramions ! C'était suffisant pour décider de revenir en arrière et de concevoir un prototype approprié, ce que j'ai fait avec Damien Girardin (NDLR : Product Manager Naish Kiteboarding) le lendemain.  Dès le 1er prototype, la performance globale était déjà assez impressionnante non seulement au portant mais aussi au près !

 

WJ : Pour toi, c’est plutôt du windsurf, du kitesurf, une combinaison des deux ?
RN : C'est vraiment une combinaison des 2 et puis il y a la dimension du surf foil également. J'ai fait essayer dernièrement ce concept à Kevin Langeree (NDLR : un champion de kitesurf et membre du team Naish) et il y est arrivé instantanément comme un pro... Clairement, si on a l'expérience du foil en kite, c'est un crossover naturel. Et il en va de même pour quelqu'un qui fait aussi du windsurf.

 

WJ : Quel avenir vois-tu dans ce concept et penses-tu en faire plus souvent ?
RN : Bien entendu, il y a toujours beaucoup d’excitation au début quand quelque chose est nouveau. En ce qui me concerne, j’apprécie la simplicité de cette activité et les sensations sur l’eau, j’adore, tout simplement ! C’est un support pour lequel j’ai envie de consacrer du temps et ma direction personnelle sur l’eau a tendance à influencer évidemment le business de ma marque Naish. Historiquement, c’est grâce à notre passion pour le windsurf, le kitesurf et le stand up paddle et plus récemment le foil que nous avons avancé. Et aujourd’hui, surfer avec cette aile suit également cette tendance. Chez Naish, tous mes gars sont à fond dedans et toute l'équipe est impatiente d'en avoir un. La réaction des premiers teasers sur les médias sociaux a également été très positive. Bien que j'ai des projets au-delà du côté foil, c’est la simplicité du concept qui semble attirer l'attention.  Mon but était de garder le produit aussi simple que possible. Et l'équipe de Naish a travaillé ensemble pour atteindre cet objectif grâce à l'évolution des derniers prototypes. Bien sûr, nous pourrions rendre cette aile plus technique, avec plus d'options pour le gréement, en proposant différentes surfaces, etc… Mais la beauté de ce concept est dans sa simplicité. C'est en partie ce qui rend cette pratique si attrayante.  Le défi était donc de créer une aile techniquement avancée, bien conçue et fonctionnelle, tout en restant légère et intuitive, sans barre ni gréement. Il suffit de pomper et de partir. Sera-t-on capable de naviguer aussi vite qu’en windsurf ou en kite ? Probablement pas. Sera-t-on capable de frapper la lèvre à Hookipa aussi fort qu'un waverider ou de monter à 20 mètres de haut comme un kitesurfer ? Probablement pas non plus... Mais il y a assez de vitesse et de potentiel de performance pour rendre ce concept excitant et amusant avec la sensation de maîtriser le vent dans vos mains et de glisser sur l'eau dans sa forme la plus élémentaire... Cette expérience m’a renvoyé à la première fois où je tenais un wishbone sur une Windsurfer en 1974 ou encore au pilotage de ma 1ère aile de kite en 2 lignes en 1997.  Il y a du potentiel dans ce concept, c'est sûr et la performance augmentera avec le temps... Mais aller plus loin et remplacer le windsurf et le kitesurf n'est pas l'objectif. L’idée, c'est de prendre ce que nous savons, d’utiliser des technologies que nous connaissons bien et de les réinventer d'une nouvelle façon pour créer de nouvelles expériences amusantes sur l'eau. Comme je l'ai dit dans mon 1er post Instagram, il n’y a rien de nouveau, toutes ces technologies sont là depuis des décennies... C'est juste le bon moment pour les combiner de la bonne façon... Et je pense qu'entre le travail réalisé en kitesurf, en windsurf ou encore sur nos foils, nous y sommes arrivés...

 

Pour en savoir plus sur Naish : www.facebook.com/RobbyNaishUS1111

 

Source : Robby Naish
Photos : Frankiebees - Suguru Saito/Red Bull Content Pool

tags: Robby Naish wingsurf wingfoil

Articles similaires

The Longest Wave, le documentaire sur Robby Naish

Personnage que l’on ne présente plus, Robby Naish a été, on le sait,...

Quand Robby Naish retrouve la Windsurfer

Si vous êtes un fidèle lecteur de Windsurfjournal.com, il ne vous a sans doute pas...

Plug N' Play - 2002

Réalisateur de très belles vidéos dernièrement et même de...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer