3 questions à Rich Page

23/08/2017

Le samedi 29 juillet dernier, c’est un accident grave et d’une rare violence qui avait lieu en pleine finale du slalom n°7 entre Taty Frans et Pierre Mortefon dans le cadre de la Fuerteventura World Cup à Sotavento aux Canaries. Quelques semaines plus tard, les esprits apaisés et les nouvelles sur l’état de santé des 2 protagonistes étant bien meilleures, nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce fait de course unique et sans précédent qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves encore... Dernier à s’exprimer après Pierre Mortefon et Taty Frans, Rich Page, le tour manager du PWA World Tour…

 

Windsurfjournal.com : Avec le recul, que regard portes-tu sur l'accident survenu le samedi 29 juillet durant le slalom n°7 de la Fuerteventura World Cup et la collision avec Taty Frans ?
Rich Page : Ce qui est arrivé à Fuerteventura est un accident, un fait de course et il aurait été très difficile de le prévenir sur n’importe quelle compétition de type slalom. Je connais bien les athlètes impliqués et je suis 100% confiant sur le fait que qu’il n’y a rien eu de délibéré pour mettre l’autre en danger. Cela a été simplement unhe combinaison de facteurs qui a amené à cette collision. Incontestablement, des erreurs de jugements ont été faites mais il y a une différence entre justement une erreur de jugement et un geste délibéré sur un autre concurrent.

 

WJ : As-tu pris conscience tout de suite ou un peu plus tard de n'être pas passé loin d'un drame en compétition officielle ?
RP : Nous n’avons pas abordé la situation de ce point de vue, l’idée était d’abord de s’assurer que les 2 compétiteurs étaient en sécurité et recevaient les traitements appropriés à la situation. Malgré les risques potentiels (qui existent dans n’importe quel sport) il n’y a eu que quelques incidents isolés sur le tour mondial ces 25 dernières années et potentiellement considérés comme grave. N’importe quel sport lors duquel le corps est propulsé à pleine vitesse, près de l’eau avec des objets pointus et rigides est potentiellement dangereux. Les athlètes sur le tour PWA sont en compétition au plus haut niveau, repoussant à chaque fois les limites du sport. Faire de la compétition à ce niveau comporte sans aucun doute un élément de risque et bien que tous les efforts soient faits pour avoir une sécurité maximale, un certain niveau de risque subsistera toujours.

 

WJ : Selon toi, quels sont les ajustements à faire concernant la règle du no rules ?
RP : Les instances du PWA World Tour révisent continuellement les règles et les procédures dans tous les aspects de la compétition pour voir comment celles-ci peuvent être améliorées. Grâce à l'analyse de l’accident de Fuerteventura, nous verrons si des règles plus strictes pourraient avoir empêché celui-ci et si les modifications apportées aux règles actuelles pourraient empêcher qu'un incident similaire ne se produise à l'avenir. Nous nous efforçons de créer un environnement de compétition sûre et équitable pour tous les athlètes du tour PWA. Cependant, je ne crois pas que l'accident aurait été empêché même avec les anciennes règles de course qui sont encore utilisées dans les courses voiles. Les windsurfers se trouvaient dans une situation linéaire et, bien qu'il soit possible d'affirmer que l'un d'entre eux était en faute, leurs actes n'étaient pas déterminés par les règles ou leur interprétation. Ils essayaient de se dépasser quand ils pensaient avoir le contrôle et l'espace pour le faire. De ce fait, ils auraient agi de la même manière avec des règles. Les changements de règles ne devraient être mis en œuvre que si ces changements n'influencent pas la validité et l'équité en compétition, si elles peuvent être appliquées de manière cohérente et équitable et si elles contribuent réellement à réglementer le scénario pour lequel elles sont appliquées. Etouffer le format de course en imposant des règles qui n'auraient pas empêché cet incident, cela n’aiderait personne. La situation doit être soigneusement étudiée afin d’éviter les décisions trop hâtives. Une option pourrait être d'insister sur certains équipements de protection à porter ou imposer une restriction au niveau des ailerons pour les rendre plus sûrs, mais encore une fois, si et seulement si on peut démontrer clairement que ces changements atteindront réellement l'objectif visé.

 

Pour en savoir plus sur le PWA World Tour : www.pwaworldtour.com

 

Source : Rich Page/PWA World Tour
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Rich Page PWA World Tour Fuerteventura World Cup Pierre Mortefon Taty Frans

Articles similaires

3 questions à Matteo Iachino

3ème de la Fuerteventura PWA World Cup à Sotavento aux Canaries fin juillet et de...

Ricardo Campello sur la Tenerife PWA World Cup

Leader en vagues après sa victoire sur le Gran Canaria Wind & Waves Festival à...

3 questions à Pierre Mortefon

2ème de la récente Fuerteventura PWA World Cup à Sotavento, Pierre Mortefon...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer