3 questions à Pierre Mortefon

21/08/2017

Le samedi 29 juillet dernier, c’est un accident grave et d’une rare violence qui avait lieu en pleine finale du slalom n°7 entre Taty Frans et Pierre Mortefon dans le cadre de la Fuerteventura World Cup à Sotavento aux Canaries. Quelques semaines plus tard, les esprits apaisés et les nouvelles sur l’état de santé des 2 protagonistes étant bien meilleures, nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce fait de course unique et sans précédent qui aurait pu avoir des conséquences bien plus graves encore. 1er à s’exprimer avant Taty Frans et Rich Page, le tour manager du PWA World Tour, Pierre Mortefon…

 

Windsurfjournal.com : Avec le recul, que regard portes-tu sur l'accident survenu le samedi 29 juillet durant le slalom n°7 de la Fuerteventura World Cup et la collision avec Taty Frans ?
Pierre Mortefon : C’est assez compliqué à analyser et il y a eu plusieurs phases mais pour moi cela reste simplement une erreur de la part de Taty Frans. Je ne veux pas faire d’histoire à ce sujet-là mais je ne peux absolument rien me reprocher sur cette action et quand bien même j’aurai eu la possibilité de voir ce qui se tramait, j’aurai évité le contact car la course aurait de toute façon pu se jouer ailleurs. Je pense qu’il y a eu un engagement trop important de sa part à un moment clé de la course. Ce genre d’action est fréquente mais pas avec cette violence et cette force. En finale gagnants, cela ne pouvait pas passer, c’est sûr ! Même avec le meilleur départ et une vitesse de dingue, il aurait dû se douter que quelqu’un allait arriver sous le vent. Ou il aurait dû au moins contrôler un peu avant de mettre les gaz en direction de la bouée. Maintenant ce qui est fait est fait ! Je suis passé à autre chose et j’espère que cela n’arrivera plus tout simplement…


WJ : As-tu pris conscience tout de suite ou un peu plus tard de n'être pas passé loin d'un drame ?
PM : Un mixte des deux … Je crois que je n’ai jamais tapé aussi fort dans quelque chose en planche, le choc a vraiment était violent. J’ai le souvenir d’avoir essayé de tenir pendant une fraction de seconde puis plus rien. Je sors la tête de l’eau, je vois Taty qui ne bouge pas et j’essaie tout de suite de l’aider comme je peux. Sur le moment tout est allé très vite ! Ensuite je suis quand même allé finir la manche (qui n’avait pas été suspendue) car je savais que le classement été serré. A mon arrivée à terre, une partie de mon équipe m’attendait dans l’eau pour me récupérer, tout le monde avait l’air très affecté et inquiet. De mon côté ça allait, je savais que le choc avait été ultra violent mais ça avait l’air d’aller. Le soir, je n’ai pas regardé les images ni la vidéo car tout le monde me disait que c’était un truc de malade. La course se terminait le lendemain alors j’aurais tout le temps de visionner tout ça plus tard. Ce n’est que le dimanche soir que j’ai pris un moment pour tout analyser. Et là j’ai été choqué dans un premier temps car oui nous sommes passés pas loin de la catastrophe et du drame et vraiment pas loin. Après j’ai vraiment été énervé car je pense que les risques pris ont été inconsidérés et d’autant plus qu’avec la pression qui redescendait après l’épreuve j’ai commencé à avoir plusieurs douleurs et j’imaginais le pire. Bref je pense que c’est tout simplement mon plus gros crash … 

 

WJ : Selon toi, quels sont les ajustements à faire concernant la règle du no rules ?
PM : C’est peut-être aberrant mais je ne remets en aucun cas le no rules en cause. Je pense que c’est une bonne chose pour notre discipline et cela en simplifie le fonctionnement. En revanche, il faut resserrer la vis et sanctionner ce qui doit l’être. Bien que ce soit la règle du no rules qui régisse les courses, il reste une règle de "conduite dangereuse" qui doit être appliquée car elle existe d’ores et déjà… Je pense qu’aujourd’hui ce qui était des actions d’exception (pas dans le bon sens du terme / à caractère exceptionnel) sont tout simplement devenues la norme. Il y a parmi la flotte un petit groupe de coureurs qui ont toujours ce type de comportement et pour moi, c’est devenu trop violent et abusé tout simplement ! J’aurais pu y passer, Taty aussi et que dire du pauvre Ethan Westera… Il faudrait aussi peut être prendre exemple sur d’autres sports et neutraliser la course quand ce type d’accident arrive au lieu de laisser courir et de mettre du temps à intervenir niveau sécurité. Il y a eu des discussions en interne et je pense que la PWA doit et devra sanctionner des coureurs à l’avenir. J’espère qu’il n’y aura pas de décisions excessives mais il ne faut pas oublier que certains comportements sont excessifs.  Sinon j’espère que notre tour va continuer à bien fonctionner et qu’il n’y aura plus d’accidents de la sorte ! La saison est encore longue et tout reste à faire !

 

Pour en savoir plus sur Pierre Mortefon : www.pierre-mortefon.com

 

Source : Pierre Mortefon
Photos : Carter/Pwaworldtour.com 

tags: Pierre Mortefon PWA World Tour Fuerteventura World Cup Taty Frans

Articles similaires

Pierre qui rit et Antoine qui pleure

2 nouvelles manches validées jeudi au Danemark sur la Hvide Sande PWA World Cup voient...

Offringa et Mortefon prennent la main

3 manches pour les femmes et 2 pour les hommes courues mardi sur la Hvide Sande PWA World Cup au...

3 questions à Pierre Mortefon

2ème de la récente Fuerteventura PWA World Cup à Sotavento, Pierre Mortefon...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer