3 questions à Nicolas Goyard

02/11/2020

Aux avant-postes des iQFoil International Games qui avaient lieu dernièrement sur le lac de Garde en Italie, Nicolas Goyard monte finalement sur la 2ème marche du podium. Pour Windsurfjournal.com, il revient sur cette performance qui vient clôturer une belle année 2020 malgré un contexte particulier…

 


Windsurfjournal.com : Après tes performances de cet été, dans quel état d'esprit et avec quelle préparation es-tu arrivé sur ces iQFoil International Games en Italie ?
Nicolas Goyard : En réalité, je suis arrivé au lac de Garde plutôt bien prêt techniquement mais pas très impliqué sur le plan mental. J'ai eu vraiment du mal à me projeter dans la compétition et j'ai d'ailleurs craint un peu d'avoir un ou deux jours à blanc... Mais en finalité, j'ai réussi à me mobiliser la veille et à être presque à 100% dès la première manche ! C'est d'ailleurs intéressant de se retrouver dans ce genre de situation et d'apprendre à la gérer. On a eu, avec le reste du team France, 5 à 6 jours d'entraînement sur place avant le début de la compétition et ça a permis d'affiner les réglages et la conduite aux conditions locales. Le plan d'eau étant assez clapoteux lorsque le vent monte, ça n'était pas un mal ! J'ai rapidement vu que je ne serai pas en retrait sur la vitesse et ça s'est confirmé pendant la compétition. D'autre part, à l'origine, cette compétition était censée être le championnat du monde iQFoil mais quelques semaines avant, pour cause de COVID, cela a été transformé en International Games. Du coup, cela a fait redescendre l'enjeu de la compétition et tout le monde est arrivé en mode détente et prise d'expérience. Ça a rendu la compète très sympa sur le plan humain d'ailleurs ! Beaucoup de bons moments à terre et sur l'eau aussi d'ailleurs. 

 


WJ : N'y-a-t-il pas un côté un côté un peu "cruel" sur ces medal races de ces iQFoil International Games puisque tu termines 2ème sur après avoir mené toute la semaine...?
NG : Comme précisé, ça n'était pas une compétition à enjeu et plutôt du coup une bonne façon de tester un nouveau format de course pour ces medal races. L'idée est d'arriver à quelque chose de plus médiatique et médiatisable que ce qu'il y avait jusqu'à présent sur les différentes séries olympiques. Mais il faut aussi garder un certain sens de la course et un certain respect pour ce que les coureurs ont fait pendant les 4 jours précédents. Ici, on est encore clairement trop extrême malgré que ce soit moins catastrophique que ce qu'il y avait eu à Silvaplana pour l'Europe. Au moins, les 1er et 2ème du classement général étaient d'office dans la grande finale et avaient donc un top 4 assuré. On sait d'ores et déjà que l'on ne souhaite pas conserver ce format pour les futures compétitions majeures (Europe, Monde et JO) pour lesquelles on est déjà en train de travailler sur des formats plus justes pour les coureurs, mais le format de cette semaine pourrait bien servir pour des compétitions dont le but est avant tout de promouvoir le sport au détriment relatif des athlètes. Du coup, lorsqu'on se projette avant tout dans une optique d'améliorer la classe iQFoil, le fait de perdre la première place de cette compétition n'est pas grave du tout. Tout le monde apprend et de toute façon, Sebastien Kördel méritait aussi largement de gagner.

 


WJ : Quel est ton bilan de cette drôle de saison au cours de laquelle tu as malgré tout réussi à marquer les esprits et quelles sont tes pistes de travail pour la saison prochaine ?
NG : Je suis globalement très content de cette dernière compète et plus particulièrement de ma saison globale. Je finis cette année avec un second titre mondial en poche ainsi qu'une très belle 3ème place européenne en iQFoil. Il y a une marge de progression énorme à avoir sur ce nouveau support olympique et le niveau va très vite se resserrer pour avoir à l'avenir des compétitions très intéressantes. Mes pistes de travail sont très larges et se situent tant sur le plan physique, que mental mais aussi sur l'affinage des réglages. Sur la partie Formula Foil, le travail de développement ne s'arrête jamais vraiment et il y a toujours des choses à améliorer sur le matos. Tout cette recherche et ce développement aident aussi à améliorer mon analyse et ma compréhension du matos iQFoil. Je ne me vois pas du tout dissocier les deux activités tant elles sont complémentaires et s'apportent mutuellement.

 

Pour en savoir plus sur Nicolas Goyard : www.facebook.com/nicolasgoyardwindsurfing

 

Source : Nicolas Goyard
Photos : Martina Orsini/iQFoil International Games/Campione Univela



Apportez votre contribution à Windsurfjournal.com en cliquant ici

A l'instar des annonceurs qui permettent à Windsurfjournal.com d'exister depuis 15 ans, vous, fidèles lecteurs, pouvez vous aussi nous apporter votre support et votre contribution financière (au niveau de votre choix à partir de 2 €, le prix d’un café !)  et nous aider ainsi à continuer à faire "tout simplement" notre travail et vous faire vivre quotidiennement l'actualité du windsurf.
D’avance merci !

PayPal - Vous pouvez également apporter votre contribution par PayPal à The Aloha Company Eurl, société éditrice des sites Windsurfjournal.com, SUPjournal.com et Wingsurferjournal.com

 
tags: Nicolas Goyard iQFoil International Games

Articles similaires

Nicolas Goyard, objectif 40 noeuds

Sacré champion du monde PWA en foil en 2019 et vainqueur l’an dernier du Formula...

Cruelles medal races pour les tricolores

Ultimes courses de la semaine sur les iQFoil International Games en Italie samedi, les medals...

Au repos forcé en attendant les medal races

La faute à un vent aux abonnés absents jeudi pour la 4ème et...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer