3 questions à Marion Mortefon

04/12/2019

En terminant sa saison 2019 sur les chapeaux de roue et en remportant la Bureau Vallée Dream Cup en Nouvelle-Calédonie, la dernière épreuve PWA de la saison en slalom, Marion Mortefon s’impose comme une grande favorite pour le titre après avoir donné jusqu’au bout des sueurs froides à sa principale rivale Delphine Cousin. Pour Windsurfjournal.com, elle revient sur sa belle performance lors de cette ultime étape de l’année, son titre de vice-championne du monde et le sacre mondial de son frère Pierre…

 

Windsurfjournal.com : Comment résumerais-tu cette épreuve en Nouvelle-Calédonie en quelques lignes ?
Marion Mortefon : Cette semaine en Nouvelle-Calédonie a été la semaine parfaite pour moi. J’ai mené la compétition du 1er jour de course jusqu’à la fin. Je n’ai pas fait d’erreurs, arrivée quelques jours en avance, j’avais pris quelques repères sur ce plan d’eau très technique rendant les jibes souvent compliqués. Cela demandait également beaucoup de contrôle sur les bords. Je suis super heureuse de voir que tous les entrainements et la persévérance depuis toutes ces années payent. J’ai enchainé les victoires de manches, très propres à chaque fois, j’étais vraiment à fond dans la course.

 

WJ : Tu as poussé Delphine Cousin jusque dans ses derniers retranchements, as-tu vraiment cru au titre à un moment durant cette semaine à Nouméa ?
MM : La seule solution que j’avais pour remporter le titre était de remporter la finale à Nouméa. C’était donc mon 1er objectif. Lors de ce genre de compétition où l’on sait que la semaine va être longue avec beaucoup de manches au programme, il faut rester concentrée du début à la fin. J’ai pour habitude de prendre chaque manche une par une et de faire les comptes à la fin, cela permet de ne pas se disperser et de continuer son petit bout de chemin. Bien sûr, la journée où je remporte les 3 courses du jour, là je me suis dit que je commençais à prendre un peu d’avance ! C’était d’ailleurs une journée incroyable pour moi, tout le monde me félicitait au bord en me disant que c’était énorme. La bagarre avec Delphine avait été rude toute l’année notamment en Corée où nous étions très proches sur chaque course. A Nouméa, j’étais en train de concrétiser pendant que Delphine faisait pas mal d’erreurs. Maëlle Guilbaud et Lena Erdil ont également très bien navigué sur l’épreuve, avec un niveau très serré, et une motivation énorme de tout le monde pour gagner une manche. Bien sûr tout était possible et d’ailleurs je pense que Delphine s'est fait un peu peur. En ayant remporté l’épreuve 2 courses avant la fin, j’avais rempli mon contrat, il fallait maintenant attendre de voir ce qu’il allait se passer derrière. 

 

WJ : Le windsurf est, on le sait, souvent une histoire de famille... Que t'inspire le titre de ton frère et comment l'as-tu vécu sur place tout en faisant ta course de ton côté ?
MM : Comme tu dis, j’ai tout d’abord fait la course de mon côté, il avait des chances de titre c’est vrai, mais moi aussi et je ne voulais pas la louper. J’ai donc fait ma course tranquillement, nous avons pas mal échangé sur les conditions, le matériel. Après cette semaine exceptionnelle, le fait d’avoir remporté l’épreuve avant la fin, et de voir que chez les garçons rien n’était joué, c’est vrai que je regardais toutes les courses de Pierre. La dernière manche était énorme, le spot de Nouméa est dingue on peut suivre la course de bout en bout depuis la plage. On était avec notre équipe de français, Tristan Algret, Delphine Cousin, Pascal Toselli et Antoine Questel et je pense que l’on n’a jamais crié aussi fort, c’était énorme ! C’était vraiment une grande émotion quand tu sais tout l’investissement et le rêve que cela était pour Pierre et pour chacun. C’est vraiment l’accomplissement de tout le travail. Bien sûr que cela donne envie, j’en ai encore des frissons et je pense qu’à Nouméa j’ai prouvé que moi aussi je pouvais faire de belles choses.

 

Pour en savoir plus sur Marion Mortefon : www.facebook.com/marionmortefon

 

Source : Marion Mortefon
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Marion Mortefon PWA World Tour Bureau Vallée Dream Cup Nouméa

Articles similaires

Un samedi sous très haute tension

Les journées se suivent et ne se ressemblent pas toujours sur la Bureau Vallée...

Marion Mortefon et Matteo Iachino veulent le titre !

L’alizé néo-calédonien prend enfin de la vigueur jeudi sur la Bureau...

Cousin et Mortefon n'ont plus droit à l’erreur

Le retour du vent sur la Bureau Vallée Dream Cup en Nouvelle-Calédonie permet de...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer