3 questions à Justine Lemeteyer

16/05/2023

Vice-champion du monde PWA en slalom l’an dernier, la française Justine Lemeteyer débute la saison 2023 sur les chapeaux de roue en remportant la Torbole PWA World Cup en Italie avec force et autorité. Sur le chemin qui la mène désormais vers le Défi Wind à Gruissan, elle revient sur sa 1ère victoire en coupe du monde au micro de Windsurfjournal.com.

 


Windsurfjournal.com : 7 courses validées, 6 victoires, c'est une domination nette et sans bavure en Italie, que t'inspire ce résultat ?
Justine Lemeteyer : 6 victoires en 7 courses, ça c’est bien un scénario que je ne m’étais pas imaginé ! Le matos allait à 2000 km/h, la voile, la planche, le foil, tout marchait. Il n’y avait plus qu’à y aller. Après, j’ai passé beaucoup d’heures à naviguer en foil durant l’hiver et ça paie là. Je suis forcément très contente ! C’est encore tout frais, j’ai encore beaucoup de mal à mettre des mots sur tout ce qu’il s’est passé à Torbole et à réaliser. 6 victoires sur 7 courses, c’est vraiment incroyable, je ne sais pas quoi dire !

 


WJ : Tu sembles avoir gagné en confiance après ta 2ème place en Japon et ton titre de vice-championne du monde l'an dernier, on devine que l'objectif désormais c'est le titre mondial ?
JL : Oui forcément, c’était sur une seule étape et j’avais envie de bien faire car une coupe du monde, ça se joue normalement sur plusieurs épreuves. En arrivant à Torbole, j’avais envie de confirmer ce résultat et montrer que ce n’était pas un coup de chance. L’entraînement de l’hiver m’avait montré que j’avais plutôt une bonne vitesse à Tenerife et lors du stage de l’Équipe de France à Hyères. La vitesse était vraiment là. J’arrivais en Italie avec l’envie de faire un podium, c’était l’objectif. Gagner, c’était le summum. Gagner une étape, c’est un 1er rêve et le 2ème, c’est remporter un titre mondial. On en est encore très loin, ce n’est qu’une étape mais c’est un 1er pas de fait et on va bosser pour y arriver. Mais il y a du monde qui en rêve et qui le veut, donc il va falloir y aller. Mais c’est clair, c’est un rêve dont j’ai l’impression qu’il se rapproche de plus en plus.

 


WJ : C'est ta 1ère victoire sur une étape du PWA World Tour, quels enseignements en tires-tu et quelles sont les pistes de travail pour la suite ?
JL : Il y a toujours des enseignements qui ressortent d’une compétition… Celle-ci a été particulièrement dure dans la tête. Le fait de commencer par un départ prématuré, c’est une erreur. J’avais la vitesse, il n’y avait pas besoin d’y aller comme ça sur la ligne de départ. Mais ça, je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite dans l’action, c’est seulement après, en regardant les vidéos que j’ai compris que tout n’allait pas se jouer au départ. Mentalement, après la 1ère journée, alors que l’on vise un podium, voire une victoire, et que l’on est 4ème, c’était vraiment dur de se dire que nous allions peut-être en rester là avec seulement 2 courses validées. Depuis cet hiver, je travaille avec un préparateur mental et ça a joué cette semaine, c’est certain. C’est un élément de plus dans ma préparation et qui là me sert dès le premier gros événement de cette saison donc c’est cool !

 

Pour en savoir plus sur Justine Lemeteyer : www.instagram.com/justinelemeteyer

 

Source : Justine Lemeteyer
Photos : Crowther/Pwaworldtour.com

tags: Justine Lemeteyer PWA World Tour Torbole PWA World Cup

Articles similaires

AFF Leucate, le résumé

Du 17 au 20 mai dernier, le Brets Funboard Tour AFF, le championnat de France de slalom et de...

AFF Marignane, le résumé

Du 20 au 22 avril dernier, c’est à Marignane dans le sud de la France que le Brets...

Petits airs et grosses bagarres

À la faveur d’un vent de sud timide, la 2ème journée du Brets...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer