3 questions à Julien Mas

24/04/2019

Beau 3ème sur la Forsa Bonaire PWA World Cup qui se déroulait dernièrement à Bonaire dans les Antilles néerlandaises, la 1ère épreuve de la saison en freestyle sur le PWA World Tour, le français Julien Mas s’offre en prime un luxe très rare, battre à la régulière, et dès le 1er tour le nonuple champion du monde de la discipline, Gollito Estredo ! Auteur d’une performance qui fera date, F-7 revient avec Windsurfjournal.com sur cette compétition durant laquelle les têtes de série auront été pour le moins bousculées…

 

Windsurfjournal.com : S'il y a bien une journée dont tu risques de te souvenir longtemps, c'est bien ce 9 avril avec ta victoire face à Gollito Estredo, le nonuple champion du monde de la discipline, peux-tu nous parler de ce heat ?
Julien Mas : Oui c'est incroyable. Je pense que je vais m'en souvenir longtemps mais je crois que lui aussi. Si j'ai bien compris, ça faisait 12 ans qu’il n'avait pas perdu au 1er tour. Quelques heats avant le mien, j'ai longtemps hésité sur le choix de la voile que j'allais utiliser, car on arrivait en fin de journée et normalement le vent prend des tours à ce moment-là. J'ai finalement choisi ma 5.0 Gunsails Yeah. Une voile parfaite pour des conditions comme celles de Bonaire. J'ai commencé mon heat avec un gros move (airbob culo). Du coup ça m'a mis dedans direct. A ce moment de la journée, il n’y avait quasiment pas d'eau sur le spot. Un bon quart de la zone de course avait lieu entre 15 et 25 cm de profondeur, ce qui a rajouté un peu plus de piquant. Les sargasses (algues) étaient également de la partie, pas vraiment cool pour une compète mais il y en avait quand même moins comparé aux mois de mars, donc cela restait gérable. Les premiers bords du heat était vraiment collé-serré avec Gollito Estredo. J'ai enchaîné mes tricks un par un et plus j'avançais dans le heat et plus j'y croyais. Je termine mon heat avec un combo, le "Mellouet", qui était nouveau pour le système de la PWA. Je l'avais inventé en 2012 pour rendre hommage à mon ami Vincent Mellouet, tragiquement disparu la même année. Pour finir le heat en beauté, je me suis permis un petit body drag, histoire de sortir de l'eau les cheveux au sec. Et là, quand tu sors de l'eau et que toute la plage dit déjà me voir gagnant de ce match. Duncan Coombs, le chef-juge, annonce ma victoire contre le 9 fois champion du monde José Gollito Estredo. Je t’assure que le feeling est énorme, en vrai j'avais juste gagné un heat du 1er tour mais j'avais l'impression d'avoir gagné la finale ! Toute la plage m'a déboulé dessus.


WJ : Tu fais également un très beau parcours le jour suivant en atteignant la finale face à Youp Schmit, comment s'est déroulée cette journée et comment l'as-tu vécue de l'intérieur ?
JM : Je l'ai plutôt bien vécue. Ça fait carrément plaisir de gagner ces heats jusqu'à la finale. Le vent était un peu plus fort que la veille, mais pour avoir un maximum de power, tout en restant équilibré je suis resté avec la 5.0 Yeah, ce qui m’a permis de continuer sur la même lancée que le jour d’avant. Il faut quand même dire que tous les heats sont chauds ! Si tu veux gagner, il faut être une machine et ne jamais sous-évaluer un adversaire, les conditions et même sa propre forme ! Ce n’est pas facile de tenir le cap jusqu'à la finale. J'avais l'impression de faire un marathon de freestyle, avec des heats de plus en plus rapprochés, avec de moins en moins de pauses pour récupérer. Pour la finale, j'étais vraiment motivé pour gagner, mais honnêtement, j'étais cuit ! Je commençais à être à la rue et à bien crasher, mais bon, j'étais déjà sur mon petit nuage car j'étais sûr de faire un podium sur cet event.


WJ : Tu termines 3ème de cette épreuve, qu'est-ce cela t'inspire et comment expliques-tu au passage autant de surprises et de contre-performances de pas mal de têtes de séries sur cette épreuve ?
JM : J'aurais été content avec un top 10 alors la 3ème, c'est le dream ! D'année en année, le niveau est de plus en plus serré et avec ce format de course tout peut arriver. Il suffit d'avoir une bonne endurance en freestyle. Je ne pense pas que les têtes de séries aient fait des contre-performances car les heats étaient vraiment costauds. Le truc c'est que les têtes de séries se sont fait sortir directement au tour 1 ou 2, donc forcément, la double réservait quelques surprises, comme par exemple le heat Amado Vrieswijk vs Gollito Estredo pour la place de 13. Malheureusement avec si peu d'étapes en 2019, Gollito n’a plus qu’à se concentrer sur la saison 2020 pour son 10ème titre... C’est triste que les places dans le classement se jouent à si peu. Un big thanks à mon sponsor Gunsails, cette équipe a fait une voile de freestyle d'anthologie ! Je dois remercier aussi toutes les personnes qui me soutiennent et qui me permettent d’un côté de continuer à m’entraîner en freestyle et en même temps à gérer la plateforme Surfsnb.com pour vendre et acheter son matos de windsurf partout en Europe. Ce n’est pas toujours facile de concilier à 100% les 2 choses, car les 2 sont des métiers mais je pense que j’ai beaucoup de chance et que c’est aussi un peu cette chance qui m’a accompagnée pour ce super event qui restera gravé ma mémoire.

 

Pour en savoir plus sur Julien Mas : www.instagram.com/julienmas_windsurfing

 

Source : Julien Mas
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Julien Mas PWA World Tour Forsa Bonaire PWA World Cup

Articles similaires

10 questions à Julien Mas

Parmi les tous meilleurs français dans la discipline du freestyle et big boss de Surfsnb,...

Julien Mas en Crète

Beau 3ème de la 1ère épreuve PWA en freestyle de la saison en avril dernier...

Un duo freestyle à Raiatea avec Sam Estève et Julien Mas

Projet initié il y a 2 ans exactement par les freestylers français Sam...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer