Publicité:

3 questions à Julien Bontemps

23/03/2016

Au terme des RS:X Worlds qui se déroulaient fin février à Eilat en Israël, une épreuve durant laquelle il prend une belle 10ème place avec un plateau très relevé à quelques mois des Jeux Olympiques, le français Julien Bontemps a décidé de prendre sa retraite sprtive au terme d’une carrière on ne peut plus riche… Logiquement, Windsurfjournal.com se devait de lui tirer le portrait à celui qui a à son actif 4 titres mondiaux entre 2004 et 2014 et une médaille d’argent aux JO de Pékin en 2008 !

 

Windsurfjournal.com : Ta non-sélection aux JO de Rio coïncide-t-elle avec ta décision de mettre un terme à carrière ?
Julien Bontemps : Non pas vraiment car j’ai su que je n’étais pas qualifié à la suite de mon championnat du monde raté en 2015 et surtout à la suite du titre mondial de Pierre Le Coq sur ce même championnat. J’ai mis un peu de temps à digérer cette contre perf puis je me suis décidé de poursuivre l’aventure pour rebondir sur le mondial 2016. Mon objectif était alors simple cet hiver, prendre un maximum de plaisir sur l’eau, à chaque navigation notamment avec les collègues de l’équipe de France. En Israël, je suis arrivé hyper détendu, avec pour le coup zéro pression et ça s’est vu sur le début de championnat où j’étais en tête après les 2 premières manches. Je termine finalement 10ème, ce qui est, compte tenu de ma préparation et du contexte de l’année olympique, un beau résultat est un beau finish de ma carrière en RS:X. J’avais à cœur de finir sur une bonne note cette fois-ci car je suis rentré de Oman en ayant le sentiment de ne pas avoir pu me confronter normalement pour défendre mes chances de sélection.

 

WJ : Quel regard portes-tu sur ta carrière et notamment sur les 2 supports olympiques que tu as connu ?
JB : Je suis très heureux d’avoir vécu toutes ces années à haut niveau. Contrairement à ce que certaines personnes pensent, je ne suis absolument pas frustré de ne jamais avoir gagné l’or olympique. J’ai gagné 4 titres mondiaux dont un dernier obtenu à l’âge de 35 ans, j’ai été vice-champion olympique en 2008, je trouve ça pas si mal, en tout cas je m’en satisfais largement. J’ai travaillé avec des gens tops, d’ailleurs, je pense que ma force a été de m’entourer des bonnes personnes assez tôt dans ma carrière. Peu importe le support, pour moi, j’avais une seule chose en tête : avoir un jour une médaille olympique autour du cou. Je me souviens il y a quelques années, on se faisait un peu brancher parce qu’on naviguait sur des péniches, la Mistral et après sur des portes plombées mais finalement la quête olympique prime sur tout et, pour le coup, la médaille est bien chez moi !

 

WJ : Quel va être désormais l'avenir professionnel et sportif de Julien Bontemps ?
JB : D’un point de vue professionnel, je souhaite à court terme travailler pour la FFVoile en tant que conseiller technique. D’ailleurs, d’ici le mois d'août j’ai prévu d’accompagner et d’aider Charline Picon et son entraîneur Cédric Leroy ainsi que les Nacra dans leur projet de préparation olympique. En parallèle, et ce depuis 2013, je suis préparateur physique de l’équipe de France de Nacra. Je vais aussi suivre de près l’équipage sélectionné jusqu’aux JO. Sportivement, en ce moment, je prends un maximum de plaisir avec des navigations dans les vagues, SUP et autres. D’ailleurs j’ai pour projet de repartir à Maui dès que possible. J’ai récemment tiré mes premiers bords en foil et je trouve ça juste dingue. Je pense que je vais essayer pas mal de support pour trouver ce qui me correspond le mieux. Avec ma femme Irina, on s’est inscrit au Défi, j’ai hâte de retrouver l’ambiance de cet événement unique et de le faire découvrir à mon épouse. J’ai décidé de ne plus courir en RS:X mais en revanche je garde toujours un pied sur l’eau pour aider Pierre à aller chercher une médaille cet été. Pour moi, c’est important de rendre ce que l’on m’a offert il y a quelques années. Je me souviens, entre autre, de l’aide précieuse de Samuel Launay et Nicolas Legal lorsque je préparais les Jeux de Pékin. Ils y sont pour beaucoup dans ma réussite à ces Jeux. Aujourd’hui, j’aimerais à mon tour apporter le plus possible à Pierre pour qu’il découvre lui aussi la vie de médaillé olympique.

 

Pour en savoir plus sur Julien Bontemps : www.facebook.com/Julien-Bontemps-129837323762072

 

Source : Julien Bontemps
Photos : Jesus Renedo - RS:X Class

tags: 3 questions à Julien Bontemps

Articles similaires

3 questions à Antoine Albeau

Alors que les slalomers entreront en lice demain mercredi sur le Fuerteventura PWA Grand Slam...

3 questions à Pierre Mortefon

Vainqueur de sa 3ème épreuve PWA en moins de 12 mois et désormais en...

3 questions à Cyril Moussilmani

2ème de l’Ulsan PWA World Cup qui vient de s’achever, le marseillais Cyril...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer