3 questions à Delphine Bijvoet-Bremond

30/04/2019

Présidente du Club Nautique Marignanais, Delphine Bijvoet-Bremond ainsi que les membres du club et une belle équipe de 80 bénévoles ont relevé le défi d’organiser dernièrement une épreuve du PWA World Tour dans le Sud de la France, la Marignane PWA World Cup, avec le résultat sportif que nous connaissons… A froid, quelques jours plus tard, elle revient sur cet événement particulièrement réussi durant lequel les conditions météo se seront montrées pourtant pour le moins capricieuses.

 

Windsurfjournal.com : C'est un beau pari que vient de relever le Club Nautique Marignanais malgré des conditions météo bien capricieuses et très inhabituelles pour la saison, quel bilan tires-tu quelques jours après la clôture de cet événement ?
Delphine Bijvoet-Bremond : C’est globalement une superbe réussite ! Nous avions quelques défis à relever, organiser et financer l’accueil de 64 + 29 coureurs, des organisateurs PWA, des équipes vidéo, drone, live Internet, photographe, équipe presse, sur terre et sur mer, avec un cahier des charges au-dessus de celui des championnats AFF et ce pendant 6 à 7 jours, attirer et animer du public quelles que soient les conditions météo, qu’il soit initié ou plus familial afin de profiter de l’occasion pour promouvoir le windsurf et le spot, assurer une couverture média à la hauteur de l’événement afin de profiter à fond de l’effet coupe du monde PWA au niveau national et international. Ces défis ont été relevés grâce à une équipe de bénévoles et de salariés incroyable, 80 personnes qui ont donné d’une journée à 4 mois de leur temps pour faire de cette étape une super fête du funboard. Des gens qui ont su prendre des risques car nous n’avions aucune idée de là où nous allions, qui se sont donnés à fond au risque de ne pas voir leurs efforts récompensés. Et bien sûr tout cela en restant raisonnable coté budget. Le défi météo nous avait fait choisir la période la plus favorable de l’année au risque de nous mettre une énorme pression (nous avons eu la validation du financement en janvier et la confirmation fin mars…), Christophe Rudasso, en expert du spot, s’est assuré que le parcours soit toujours mouillé au mieux. Nous avons fait tout ce que nous pouvions !

 

WJ : La discipline du foil n'était pas au programme de cette épreuve, la volonté du Club Nautique Marignanais étant de mettre en valeur le spot du Jaï pour ses conditions de slalom... Le fait que la PWA ait créé cette année une discipline à part entière pour le foil, avec l'obligation de payer pour l'intégrer "officiellement" à un événement, ne se révèle-t-il pas être un frein au sport dès la 1ère compétition de 2019 ?
DBB : La politique concernant le foil a changé cette année. Sur décision des coureurs, la PWA n’autorise plus les funny race de foil sans podium officiel, afin de ne pas dévaloriser la discipline et de rester cohérent entre les différentes étapes. C’est la décision des coureurs. Nous ne l’avons compris que fort tard, alors que nous ne voulions pas mettre en danger une belle étape de slalom avec un podium de foil qui ne devait être qu’un plan B. Le village des marques et les tests, les sessions de tow-in et d’autographes, les démonstrations d’associations locales ont permis d’animer le public et de fournir de belles images. Le public a certainement été plus familial que s’il y avait eu du Mistral sur 6 jours, c’est quelque part aussi un point positif. Nous ne pensions pas devoir relever le défi de la pétole, mais nous avons quand même réussi !

 

WJ : Malgré une longue attente, le bilan sportif est très positif, quelle est la position du Club Nautique Marignanais et de ses partenaires institutionnels quant à une édition 2020 ?
DBB : Les partenaires avaient aussi pris des risques mais je pense que l’événement a dépassé leurs attentes. Les images sont superbes, la course a été passionnante, la couverture presse est remarquable (surtout quand on sait qu’elle est le fruit de travail bénévole), les coureurs sont partis heureux et les organisateurs PWA aussi. On serait fou de ne pas recommencer. La différence est que maintenant les coureurs et la PWA ont le temps de penser à une solution anti pétole garantissant du spectacle et des résultats quelques soient les conditions et qui finira de convaincre les partenaires financiers.

 

Pour en savoir plus sur le Club Nautique Marignanais : www.cnmarignanais.fr

 

Source : Delphine Bijvoet-Bremond/Club Nautique Marignanais
Photos : David Girard 2019 - Souville/Pwaworldtour.com

tags: Delphine Bijvoet-Bremond PWA World Tour Marignane PWA World Cup Club Nautique Marignanais

Articles similaires

L'Hvide Sande PWA World Cup vue du ciel

Alors que débute lundi prochain à Nouméa en Nouvelle-Calédonie la...

3 questions à Philip Köster

Sur une épreuve où il a rarement brillé par le passé, Philip...

3 questions à Sarah-Quita Offringa

Victorieuse sur la Mercedes-Benz Aloha Classic à Hookipa, Sarah-Quita Offringa empoche au...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer