3 questions à Charline Picon

17/06/2019

A la surprise quasi générale, sauf pour elle qui était déjà dans la confidence, c’est le 4 juin dernier que la sélection de Charline Picon pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 était annoncée par le Comité National Olympique et Sportif Français (cf notre news du 5 juin 2018). Quelques jours plus tard, la médaillée d’or des JO de Rio 2016 revient avec Windsurfjournal.com sur cette 3ème sélection et sa quête d’un 2ème sacre olympique.

 

Windsurfjournal.com : Qu'est-ce que cela fait d'être la toute 1ère française sélectionnée sur les 400 athlètes tricolores qui seront présents à Tokyo en 2020 ?
Charline Picon : Je connaissais ma sélection via la FFVoile depuis quelques semaines mais il fallait attendre la validation officielle du CNOSF. Lorsqu’ils l’ont annoncé, c’est vrai que je ne savais pas quel jour ça allait arriver et que j’allais être toute seule ! Je pensais qu’ils attendaient d’autres athlètes d’autres fédérations… Mais non, le 4 juin l’annonce était faite et c’est vrai que ça a un peu surpris les journalistes… Sur le fait d’être la première, c’est un peu un honneur de lancer la saison olympique et de donner envie aux autres athlètes de me rejoindre !

 

WJ : C'est ta 3ème sélection pour les Jeux Olympiques mais surtout celle-ci arrive très tôt par rapport aux précédentes, est-ce important pour la suite de ta préparation ?
CP : On rentre dans le vif du sujet, ça se rapproche même si c’est bien tôt par rapport à certains qui seront sélectionnés jusqu’au dernier moment, ça va me permettre de me préparer au mieux, sereinement car cette sélection est une étape obligatoire et même si sur le papier j’ai fait mes preuves et qu’il n’y avait pas grand débat, une sélection ça se gagne… J’estime avoir fait le taf pour qu’il n'y ait pas de débat. La néerlandaise par exemple est sélectionnée depuis le Mondial 2018 et se prépare pour les Jeux, idem pour l’espagnole. Et oui ça change les choses car se préparer à une sélection ou se préparer pour une médaille olympique, ça n’est pas tout à fait la même chose… 

 

WJ : Après ta pause maternité, tu as su rapidement revenir à ton meilleur niveau... Remporter une nouvelle médaille d'or est sans aucun doute l'objectif principal, la préparation va-t-elle en revanche différer par rapport à Rio ou être sensiblement la même ?
CP : J’ai remporté une première médaille d’or à Hyères cette année et si sur le papier ce n’était pas une coupe du monde, il ne manquait pas grand monde, hormis la hollandaise… Maintenant j’ai tous les voyants au vert pour gagner de grandes épreuves… Oui c’est un peu le plan de reprendre la place de numéro 1 et de me sentir bien en phase sur le plan d’eau olympique d’Enoshima. L’année avant Rio, j’étais moins bien sur les résultats mais sur le plan d’eau des Jeux, j’étais chez moi. La préparation est différente car, d’une part, l’histoire est différente, il ne s’agit pas de défendre un titre mais d’aller en chercher un 2ème, le tout avec une vie de famille à côté. En terme de planning, ça va être diffèrent car le plan d’eau japonais est particulier les 2 mois d’été et qu’en hiver il n’y pas grand intérêt à naviguer là-bas contrairement à Rio où on naviguait l’hiver ! Du coup, il nous reste cet été 2019 pour faire des miles sur le plan d’eau et ensuite en juin prochain et après c’est déjà les Jeux. Donc en terme d’heures de navigation sur le site olympique, on en aura carrément moins qu’à Rio. Mais on va tout faire pour optimiser nos expériences avec les autres séries olympiques. Après je vais garder quelques points communs et les choses qui ont marché comme la préparation mentale, la préparation physique, nutrition, etc...

 

Pour en savoir plus sur Charline Picon : www.facebook.com/Charline-Picon-FRA4-athl%C3%A8te-129730453749421

 

Source : Charline Picon
Photos : Jesus Renedo/Sailing Energy/World Sailing

tags: Charline Picon Jeux Olympiques Tokyo 2020 Comité National Olympique et Sportif Français

Articles similaires

Les français brillent de nouveau au Japon !

Epreuve dans la continuité du Ready Steady Go à Enoshima au Japon, les Hempel...

3 questions à Charline Picon

Médaillée olympique en titre et d’ores et déjà...

Un Test Event (très) encourageant pour les français

Après 5 jours d’intense compétition sur le Ready Steady Go, le Test Event de...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer