Publicité:

3 questions à Basile Jacquin

13/07/2021

Du haut de ses 22 ans, Basile Jacquin est le slalomer français qui monte ces derniers temps lui qui vient de faire une belle entrée en matière lors des épreuves du PWA World Tour en Israël puis en Croatie. Au micro de Windsurfjournal.com, il revient sur cette belle entrée en matière et nous donne son point de vue sur le nouveau format de course mêlant aileron et foil…

 


Windsurfjournal.com : 8ème en Israël, 5ème en Croatie, c'est plutôt une bonne manière de reprendre la compétition après de longs mois d'arrêt ?
Basile Jacquin : Oui ce sont de bon résultats mais je pense vraiment être capable de grappiller quelques places... En Israël, je finis 8ème mais en faisant des erreurs, je fais un départ prématuré en quart de finale par exemple, quelque chose qui est stupide car en faisant ça je prends 30,5 points. C’était une prise de risque inutile et à ça s’ajoute un crash sur une finale perdants et donc une place de 16ème. 2 manches et deux erreurs bêtes qui me coûtent beaucoup de points. En Croatie, j’ai bien navigué les 2 premiers jours mais après je manquais de jus... Cela faisant 1 mois que j’étais à fond et je le paye sur les 3 derniers jours de compète à Bol. Avant Israël, j’ai fait 1 semaine au Lac de Garde chez Point-7 pour me régler à fond, ensuite Israël où nous avons navigué tous les jours avec un voyage bien galère et pour finir Bol et ses 15 heures de route. Physiquement et mentalement j’étais bien fatigué, pas forcément à cause des courses mais surtout des heures de route ou d’avion.



WJ : Que t'inspire ce format mixte aileron/foil en slalom qui a été éprouvé sur ces 2 épreuves du PWA World Tour ?
BJ : Je vais certainement me faire taper sur les doigts pour ça mais mon avis c’est que ces 2 supports n’ont rien à faire ensemble sur une même course. Pour les riders, c’est une galère monstre car il faut avoir au minimum 4 à 5 voiles gréées sur la plage, il faut bien souvent un caddy avec toi sur le départ et c’est une quantité astronomique de matos à transporter car on doit être prêt à naviguer avec ces 2 supports mais pour toutes les conditions (foil vent fort ou léger et pareil en aileron). Mixer permet de voir jusqu’où le foil peut aller et, en terme d’évolution, c’est ce qu’il fallait faire. J’espère juste qu’on va arriver assez rapidement à réduire le nombre de matériel pour la jauge et qu’on va imposer le support à utiliser en fonction du vent. Ça ne me fait pas peur de partir en foil dans 25 nœuds si on est tous dans la même galère. Partir en aileron dans 12 nœuds non plus car ce sera le même problème pour tous. Mais s’il y a des riders en foil et d’autres en aileron, ça devient un peu la loterie.  Certains ont des arguments pour dire que non mais d’un point de vu sportif c’est assez difficile à gérer. C’est aussi un peu compliqué parce que pour l’instant seul la PWA utilise ce format-là. L’IFCA ou l’AFF restent sur du slalom classique. Dans le futur, il est prévu de passer à 6 voiles en PWA (contre 7 en 2021), les tailles risquent donc de changer et ne plus du tout être adaptées au format IFCA ou AFF. Les grosses voiles de slalom risquent de disparaître. Au final, si les autres circuits ne suivent pas ce que fait la PWA, on aura toujours le même problème... En tant que rider, on aura besoin de plus de matos mais pas si sûr que les marques arrivent à suivre pour tout le monde.

 


WJ : Y-a-t-il selon toi encore des ajustements à faire concernant cette "nouvelle" discipline ?
BJ : De base, je suis vraiment plus un fan de l’aileron, en foil je trouvais que ça manquait de contact. Mais honnêtement, il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis, je m’éclate de plus en plus en foil slalom et plus ça va, plus on va vite et on navigue serrés. Ça nous permet de naviguer dans toute les conditions et pour le spectacle c’est super ! Par exemple en Croatie on fait 10 manches, sans le foil, on en aurait fait certainement que 5 ou 6... Comme dis précédemment, j’espère qu’on arrivera assez rapidement à réduire cette course à l’armement et trouver une limite de vent pour les 2 supports.

 

Pour en savoir plus sur Basile Jacquin : www.instagram.com/basilejacquin

 

Source : Basile Jacquin
Photos : Carter/Pwaworldtour.com

tags: Basile Jacquin PWA World Tour Tiberias PWA World Cup Croatia PWA World Tour

Articles similaires

Coño Frances

Au tout début du mois de mai dernier, les français Basile Jacquin, Damien Arnoux...

Flying in the rain

La faute à un calendrier national et international au point mort, les slalomers...

3 questions à Basile Jacquin

Du haut de ses 20 ans, le jeune néo-calédonien Basile Jacquin continue son...
comments powered by Disqus
Gestion de vos données sur le site Windsurfjournal
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour vous proposer par exemple, des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts ou encore réaliser des statistiques de visites.
En savoir plus fermer