Recherche
» News | Archives » Dossier windfoil - 3 questions à Gonzalo Costa-Hoevel
17.03
2017

Dossier windfoil - 3 questions à Gonzalo Costa-Hoevel

Dossier windfoil - 3 questions à Gonzalo Costa-Hoevel

Figure du slalom et de la Formula Windsurfing, l’argentin Gonzalo Costa Hoevel a lui aussi succombé aux sirènes du windfoil, une discipline qu’il pratique désormais assidument quand il ne développe pas en parallèle du matériel spécifique pour son partenaire Starboard. Et logiquement, il répond à nos questions dans le cadre de notre dossier windfoil !


Windsurfjournal.com : Quand et à quelle occasion as-tu découvert la pratique du windfoil et qu’est-ce qui t’a tout de suite séduit ?
Gonzalo Costa Hoevel : J’ai vu du foil en kitesurf race il y a quelques années à Silvaplana en Suisse et j’ai vraiment été surpris de les voir évoluer dans si peu de vent et surtout aller si vite. Je m’y suis donc mis en kite et je suis tout de suite tombé sous le charme de ce nouveau sentiment de voler au-dessus de l’eau. A ce moment-là, il me semblait évident que la tendance n’allait pas tarder à se développer également en windsurf. L’an dernier, à Tarifa en Espagne, je m’y suis mis cette fois en windsurf et j’ai adoré à nouveau. Puis dans la foulée, nous avons commencé à développer des foils et des planches spécifiques avec Starboard et j’ai commencé à faire du foil de plus en plus souvent. Chaque journée en foil est magique et, à chaque fois, je n’ai pas envie que ma session s’arrête !

 

WJ : Qu’apporte selon toi cette pratique par rapport à celle que nous connaissons habituellement en slalom/freeride ?
GCH : Dans un 1er temps, je dirai que toute personne qui a un tant soit peu d’intérêt pour cette discipline se doit d’essayer au moins une fois dans sa vie car le foil est selon moi la 2ème naissance du windsurf. Ce n’est pas comparable avec les disciplines du freestyle ou des vagues mais si vous êtes un freerider, un slalomer ou un adepte de Formula, vous allez adorer le foil et il faut vraiment essayer. La sensation est tout simplement unique et spéciale. Ne pas toucher l’eau, ne rien entendre et aller vite, c’est complètement fou ! J’ai navigué avec des gars adeptes de RS:X, de slalom ou de Formula et tous sont revenus avec un large sourire après avoir essayé mon foil. C’est une nouvelle expérience que tout passionné de windsurf se doit d’essayer. Les choses évoluent aussi très vite et les foils d’aujourd’hui sont meilleurs et plus faciles que ceux avec lesquels nous naviguions l’an dernier. Chez Starboard par exemple, nous avons développé des foils pour débutants, confirmés et experts. Avec les modèles débutants ou confirmés, les gens peuvent apprendre le windfoil en 1 ou 2 bords et très rapidement avoir du contrôle. Même jiber tout en restant en l’air, ce qui était réservé aux experts il y a peu encore, devient désormais quelque chose de plus accessible. De mon point de vue, le windfoil est un super complément, voire même le seul quiver de certaines personnes selon où elles habitent. Pour moi, c’est idéal en dessous de 15 nœuds et on peut imaginer quelqu’un qui a une 7.8 m² et qui va pouvoir naviguer en foil dans le vent léger et garder la même voile dès que ça va se renforcer avec une autre planche. En slalom plus orienté compétition, c’est juste magique d’être à fond en 7.8 m² dans 7 à 10 nœuds de vent quand tous les autres ont leur gros matos et 9.6 m² !

 

WJ : Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut se mettre au foil ?
GCH : Un casque et un gilet d’impact me semblent indispensables au départ. Je recommande de débuter avec des foils débutants à intermédiaires qui ont une aile portante plus grande et qui offrent plus de stabilité et de contrôle. Dans 8 à 12 nœuds de vent avec une voile freeride de 7.0 m² et une planche de 85 cm de large, on commence à avoir des sensations vraiment intéressantes. Prendre 1 ou 2 leçons ou écouter les conseils de ceux qui pratiquent déjà est également une option. Ce qu’il ne faut pas faire en revanche, c’est d’y aller avec une trop grande voile au départ. On peut utiliser 2.0 m² de moins que ce qu’on utilise habituellement. En slalom par exemple, lorsque je prendrai 9.5 m² dans 9 nœuds de vent, je suis en 7.0 ou 7.8 en windfoil. Si vous naviguez souvent en 7.8, optez alors pour une 6.2. Je conseille aussi de ne pas débuter avec plus d’une quinzaine de nœuds…

 

Pour en savoir plus sur Gonzalo Costa Hoevel : www.facebook.com/gonzalocostahoevel

 

Source : Gonzalo Costa Hoevel
Photos : DR

comments powered by Disqus
Fermer
chargement de la vidéo...
Fermer
chargement du document audio...
CONTACTER WindsurfJournal.com

Vous souhaitez diffuser une information/article sur WindsurfJournal.com, communiquer sur le site ou bien tout simplement entrer en contact avec nous ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.

Gestion de vos petites annonces

Vous souhaitez diffuser une petite annonce sur WindsurfJournal.com ? Profitez-en, c'est gratuit (et réservé aux particuliers...) !
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Contacter un vendeur

Vous souhaitez prendre contact avec le vendeur de cette annonce ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Prochainement disponible...
Fermer
Fermer
Share
box
+