PWA Leucate : Finale de l´épreuve de tow-in freestyle remportée par Kiri Thode devant Tonky Frans et Björn Saragoza - http://t.co/eejI1tSTEk

PWA Leucate : Vent léger et aucune course officielle courue vendredi à Leucate - http://t.co/eejI1tSTEk

Mobile : SUPjournal, le site "parent" de Windsurfjournal a lui aussi désormais sa version mobile ! - http://t.co/ZzW624drM5

Mobile : Kiteboardjournal, le site "parent" de Windsurfjournal a lui aussi désormais sa version mobile ! - http://t.co/llX8a2IJGD

Matos : True Wetsuits, la branche japonaise de Quiksilver, a la solution ultime, la combinaison/costard ! - http://t.co/cVZnmVYS64

PWA Leucate (MAJ) : Le résumé en images de la double élimination de freestyle jeudi ! - http://t.co/gWHDeuTgTE

Vidéo : En marge du Mondial du Vent à Leucate, une belle rencontre avec Pierre Mortefon - http://t.co/K5hx45exU0

Film : A découvrir le 10 juin dans les salles de cinéma américaines, "The Search for Freedom" - http://t.co/VjD44G0RGh

Euro-Cup Italie : Bruno Martini en tête devant Ingmar Daldorf et Vincent Langer - http://t.co/9cErdkcBwH

Euro-Cup Italie : 48 inscrits, 18 à 25 noeuds et 2 manches de slalom validées jeudi à Torbole en Italie - http://t.co/9cErdkcBwH

Mondial du Vent (MAJ) : Les classements complets de la Sosh Cup après 4 manches disputées - http://t.co/CkKaivqY5y

Olympisme : Piotr Myszka 1er chez les hommes, Julien Bontemps 6ème, Pierre Le Coq 9ème - http://t.co/yKgUPu4sMG

Olympisme : Lilian De Geus en tête chez les femmes, Charline Picon 13ème après une disqualification - http://t.co/yKgUPu4sMG

Olympisme : 15 à 20 n´uds et 3 manches validées en RS:X jeudi à Hyères - http://t.co/yKgUPu4sMG

Mondial du Vent : Une journée bien remplie à Leucate jeudi entre l´épreuve PWA de freestyle et la Sosh Cup - http://t.co/CkKaiv9mGY

» News | Archives » Sylvain Demercastel, l?interview?
13.10
2010

Sylvain Demercastel, l?interview?

En sortant le second volet de Planet Blow, le français Sylvain Demercastel est sous le feu des projecteurs en cette fin d’année avec une production à la fois plus intimiste et mais aussi plus sombre proposant un regard dur mais réaliste sur le monde qui nous entoure. Interview de ce windsurfer français pas tout à fait comme les autres qui met une touche d’art dans tout ce qu’il fait…






Windsurfjournal.com : Après Planet Blow en 2008, qu'est-ce qui t'a donné envie de réaliser "Planet Blow - The Dark Lines" deux ans plus tard ?
Sylvain Demercastel : En fait j'avais surtout été frustré de ne pas faire un véritable film sur le premier Planet Blow. J'avais fait une vidéo de glisse qui intégrait des éléments artistiques au niveau paysages et musique mais il manquait la dimension narrative.  Il n'y a jamais eu de film à proprement parler avec des windsurfers au centre de l'histoire... Enfin je crois... Alors que dans le surf oui ! Il était temps de rétablir l'équilibre non ? Je voulais aussi intégrer du surf, du kitesurf... Montrer qu'il n'y a pas de clans irréconciliables ou de notion de "plus pure" ou moins pure... Et montrer que ce n'est pas parce qu'on est bronzé, musclé et sur une plage, que l'on est forcément quelqu'un de bien, de recommandable !

WJ : Comment peut-on être à la fois réalisateur, scénariste, acteur, photographe et voir aussi musicien de sa propre production vidéo, c'est un véritable travail de titan ?
SD : C'est comme ça quand il faut travailler avec peu de budget. Mais j'ai aussi la chance d'avoir des amis talentueux qui acceptent de travailler énormément, pour trois fois rien... Si j'avais plein de thunes, j'embaucherai Vigo Mortensen pour jouer mon rôle !!! Ceci dit sérieusement, je ne me relancerai plus dans un tel projet car c'est deux ans de boulot de dingue avec aucune certitude... Seulement à la fin quand tout est quasiment terminé, là les choses bougent et les gens réalisent l'ampleur d'un truc qu'ils avaient ignoré avant.

WJ : Alors que Planet Blow était une ode au voyage et aux rencontres, on est là dans un film plus noir, moins optimiste, pourquoi cette démarche ?
SD : Il n'y a jamais eu de film noir dans la glisse... C'est intéressant de bousculer les institutions. Le seul film qui évoquait un côté "dark" était le "Big Wednesday", un film de surfers parfois paumés… Le premier Planet Blow était assez mélancolique finalement. C'était une ode à la beauté qui est peut être en train de disparaitre. Là je suis dans une histoire qui se raconte depuis le futur en 2049. Un homme fait le point sur sa vie. Son constat est sombre mais pas sans espoir. Il est sombre sur son bilan personnel mais il laisse la possibilité à chacun d'entre nous de ne pas aboutir à ce bilan en s'y prenant aujourd'hui.


WJ : Penses-tu que le windsurf, le surf ou le kitesurf puissent vraiment "parler" au grand public dans le cadre du message que tu souhaites faire passer ?
SD : Franchement oui. Je pense que le contraste entre le cliché du surfer bronzé sur une belle plage et le côté misère et décadence environnementale frappera peut être plus qu'un reportage sur un sujet écolo d'un bout à l'autre. Mais au-delà de ça, je pense que ce genre de film peut intéresser des gens au windsurf alors qu'ils n'auraient peut être pas acheté une vidéo d'action pure. C'est aussi mon but de montrer la beauté et la radicalité de ce sport !

WJ : Le tableau que tu dépeins semble très pessimiste, rien qu'au travers de la seule bande annonce... Penses-tu qu'il y a encore quelques notes d'espoir pour les êtres humains et windsurfers que nous sommes ?
SD : L'espoir fait vivre... "Quand le courage individuel s'agrège en volonté collective....Alors nous pouvons changer le monde", c’est une citation d’Arnold Toynbee. Mais nous avons aussi une part d'ombre en nous qui parfois nous fascine. C'est tout le thème du film. Chacun sa réponse…

WJ : Au-delà du film et du livre qui sortent prochainement, il y a aussi une adaptation cinématographique de "Planet Blow - The Dark Lines", peux-tu nous en parler ?
SD : C'est en cours d'écriture mais ce sera certainement un gros boulot. Pour l’instant je suis en co-écriture avec un auteur qui est spécialisé pour adapter des histoires spécialisées au grand public. Je veux juste te dire que j'ai refusé d'abandonner le projet qui sort actuellement pour foncer sur le côté cinéma... Je tenais à concilier les deux. Sortir un film avec autant de windsurf que je voulais dedans sans qu'on me dise que ce n'est pas un bon choix marketing, bla bla bla... C'était à prendre ou à laisser. Je voulais aussi sortir un film et un livre pas trop chers et reverser une part des recettes à des associations environnementales, Surfrider Foundation pour l’instant mais d'autres vont s'ajouter. Le livre est 100% recyclé, c'est déjà ça même si c'est surtout symbolique.




Tags :
comments powered by Disqus
Fermer
chargement de la vidéo...
Fermer
chargement du document audio...
CONTACTER WindsurfJournal.com

Vous souhaitez diffuser une information/article sur WindsurfJournal.com, communiquer sur le site ou bien tout simplement entrer en contact avec nous ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.

Gestion de vos petites annonces

Vous souhaitez diffuser une petite annonce sur WindsurfJournal.com ? Profitez-en, c'est gratuit (et réservé aux particuliers...) !
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Contacter un vendeur

Vous souhaitez prendre contact avec le vendeur de cette annonce ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Prochainement disponible...
Fermer
Share
box