Espoirs Extrême Glisse : Nicolas Goyard 1er en Formule 31 devant Basile Jacquin et Thomas Merceur - http://t.co/RtXOuHkCsC

Espoirs Extrême Glisse : Podium 100% breton en RRD 120 garçons, Mathurin Jolivet, Mathis Guillou et Paul Mingam - http://t.co/RtXOuHkCsC

Espoirs Extrême Glisse : Victoire en RRD 120 filles de Maëlle Guilbaud devant Stéphanie Perret et Lucie Hervoche - http://t.co/RtXOuHkCsC

Espoirs Extrême Glisse : Certaines phases finales non courues et et classements sur les poules qualificatives - http://t.co/RtXOuHkCsC

Espoirs Extrême Glisse : Pas de vent vendredi à La Nautique pour la dernière journée de compétition - http://t.co/RtXOuHkCsC

Image : La néerlandaise Eva Oude Ophuis est contente de ne pas porter d´intégrale en été chez elle, et nous aussi ! - http://t.co/PtsNBpzYeW

Vidéo : Toujours à l´affût des conditions, Fred Bonet et sa caméra étaient au Pont des Basses le jeudi 27 août - http://t.co/960pc7w43R

Tests : Retour en images sur la session tests de Mathieu Bonno à l´Almanarre le 23 août avec l´Elix RX S - http://t.co/bqWePWzXSa

Espoirs Extrême Glisse : En attente des résultats et classements complets - http://t.co/RtXOuHkCsC

Espoirs Extrême Glisse : Retour du vent à La Nautique jeudi et début des phases finales dans les 3 catégories - http://t.co/RtXOuHkCsC

Sécurité : Un tragique accident aux USA qui rappelle que si vous faites du SUP, il faut porter un leash - http://t.co/WhFJpUbnOY

Vidéo : Dany Bruch se chauffe chez lui à Tenerife avant la prochaine épreuve PWA au Danemark mi-septembre - http://t.co/fFc6H6m2DC

Vidéo : Un trop court extrait de la future vidéo de Gollito Estredo, chaud le garçon ! - http://t.co/pgprOeP1dE

Vidéo : Du rêve, de l´évasion et du windsurf (et du kite) en Nouvelle-Calédonie, what else ´ - http://t.co/HnYreTUtz6

Vidéo : Le jeune Bertrand Caccia dans ses oeuvres lors de son trip en famille au Portugal - http://t.co/cDmHwjEsWJ

» News | Archives » Steve Palier, l?interview
03.12
2010

Steve Palier, l?interview

En claquant la porte du Wave Classic Invitational, un concept d’épreuve de vagues dont il était l’organisateur avec sa société Open Ocean Media, le français Steve Palier prend tout le monde de court. Né en début d’année 2009, ce nouveau type d’évènement avait pourtant su conquérir rapidement ses lettres de noblesse avec un format de course plus orienté sur le show que sur le résultat intrinsèque… Retour avec l’intéressé sur cette décision qui jette un grand froid.






Windsurfjournal.com : Pourquoi cette décision assez brutale d'arrêter ton implication dans ce concept Wave Classic Invitational qui semblait pourtant bien fonctionner ?
Steve Palier : Tout d'abord la dose de travail que cela implique. J'étais tout seul pour tout faire ou presque. Sans l'implication de personnes comme Sébastien Deflandre au Maroc ou Pierre Godet à La Réunion cette année, rien n'aurait pu arriver. Cependant, le travail en amont (dossiers, site web, promo, recruter une équipe vidéo et un photographe...) ainsi qu'en fin d'événement (retours presse, distribution des images et des récits, gestion des salaires et du budget) représente beaucoup de travail. Au final, pour un salaire moindre et beaucoup d'énergie et de temps. Je ne regrette rien mais cet automne j'ai dû faire un choix surtout après le manque de retours des coureurs en général, alors que je leur demandais s'ils souhaitaient voir évoluer le concept.

WJ : Les tensions avec les instances du PWA World Tour sont-elles aussi à l'origine de cette décision d'arrêter ?
SP : Non, pas vraiment. Le fait de ne pas avoir de coureurs du top 10 qui puissent participer à nos événements ne nous a finalement fait que très peu de tort. Mais c'est réellement dommage que la PWA ne nous ait pas simplement considérés comme un simple événement promotionnel, comme peut l'être "Le Défi" qui a déjà vu la participation de coureurs pros du circuit PWA ! Nous étions complémentaires et les Wave Classic faisaient la part belle à la discipline des vagues. Certes, nous ne délivrions pas de titres et ne faisions que de belles images. Mais alors pourquoi les coureurs pros seraient-ils interdits de participer librement à des événements qui font la promotion de leur sport ? C'est le serpent qui se mord la queue.

WJ : Tout au long de ces deux saisons du Wave Classic Invitational, quels ont été les retours au niveau coureurs, médias et industrie du windsurf ?
SP : Dans l'ordre, les meilleurs retours viennent du public en général. Et c'était le but principal, donc c'est gagné sur ce plan-là. Les médias ont joué un rôle important dans la promotion des Wave Classic. Je suis vraiment heureux des contacts que j'ai pu nouer avec tous à ce niveau et je les remercie sincèrement, car sans leur support et les articles consacrés dans les mags, plus de 250 pages sur 4 événements en 2 ans et sur le web, plus de 300 reports, j'aurais abandonné depuis longtemps ! Les partenaires qui ont joué le jeu n'ont jamais été déçus, au Maroc comme à La Réunion. Ils étaient d'ailleurs prêts à remettre le couvert en 2011. La principale déception vient de l'industrie du windsurf. A part pour l'étape de La Réunion 2009 où 5 marques ont joué le jeu avec une petite participation, les portes se sont bizarrement toutes fermées aussitôt après. Rien. Nada. Même pas une news sur leur site web pour annoncer la participation de leurs riders sur les étapes 2010 ! J'ai donc laissé tomber. C'est honteux car nous faisions tout de même la part belle à leurs poulains avec toutes les images dans les magazines et dans nos vidéos téléchargées plus d'un million de fois. Quant aux coureurs, s'ils sont tous au courant de l'arrêt des Wave Classic pour Open Ocean Media, je n'ai reçu depuis que 5 messages en retour dont la plupart de riders locaux invités sur les contests ! No comment.


WJ : C'est finalement un énorme paradoxe, ces différents événements à travers le monde offraient une belle promotion du sport auprès d'un large public mais la profession ne suivait pas en terme d'investissement ?
SP : Oui, c'est à se demander où va le windsurf. Je comprends qu'il faille bien proposer des titres de champion du monde, mais on le voit dans les différents commentaires laissés ici ou là sur les sites web, le public est demandeur de rêve et d'images comme celles que nous diffusions. Alors pourquoi ne pas répondre à leur demande et se cantonner simplement à des résultats qui ne reflètent pas forcément le niveau de riders talentueux comme Juban ou Guilloul ? On sent que l'industrie du windsurf a une grosse influence sur notre sport et les Wave Classic ont tout simplement, je pense, été victime d'un gros lobbying de la part de la profession car nous ne voulions pas nous plier à leurs règles.

WJ : On sent aussi souvent les windsurfers assez passifs sur les différents circuits nationaux ou internationaux, s'il n'y a plus d'organisateurs, il n'y a finalement plus d'épreuves ?
SP : Sans coureurs, plus d'épreuves non plus ! Cependant, j'ai été un peu déçu de l'attitude de quelques coureurs qui critiquaient au départ la PWA puis pour finir les Wave Classic. La critique est toujours facile, mais personne ne proposait vraiment d'autres solutions. J'ai tant bien que mal essayé de les impliquer dans d'autres étapes que le Maroc ou la Réunion en leur demandant des contacts sur tels ou tels spots visités, mais j'ai rarement eu des retours. Après La Réunion 2010, j'ai envoyé un questionnaire à une vingtaine de riders pour connaître leurs souhaits afin d'améliorer le projet et d'aller dans leur sens. Je n'ai eu que 4 réponses en retour. Quand on leur impose des choses, ils râlent et quand on leur demande leur avis, ils ne donnent pas signe de vie. Alors à partir de là, je dois avouer que j'ai un peu pris les boules.

WJ : On le sait, le windsurf souffre d'un vrai déficit d'image, quelles seraient selon toi les solutions pour redonner au windsurf ses lettres de noblesses ?
SP : Il faut une meilleure communication et une diffusion des images pour s'ouvrir plus au grand public. Tout cela passe par l'industrie du windsurf qui, selon moi, néglige ces personnes-là. Il n'y a plus beaucoup d'événements promotionnels alors il faut profiter des compétitions, d'une étape de coupe du monde comme d'un simple championnat local, pour proposer des initiations et faire redécouvrir le windsurf au plus grand nombre. Et sur ces actions-là, les pros devraient participer et leurs sponsors le faire savoir aux médias. Nous avons fait cela sur les dernières Wave Classic. Beaucoup de coureurs ont adoré s'impliquer dans ce type d'initiative et ont trouvé cela normal. Pour résumer, je crois qu'il faut partir à la recherche de nouveaux pratiquants et continuer à faire rêver ceux qui pratiquent déjà, tout simplement.




Tags :
comments powered by Disqus
Fermer
chargement de la vidéo...
Fermer
chargement du document audio...
CONTACTER WindsurfJournal.com

Vous souhaitez diffuser une information/article sur WindsurfJournal.com, communiquer sur le site ou bien tout simplement entrer en contact avec nous ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.

Gestion de vos petites annonces

Vous souhaitez diffuser une petite annonce sur WindsurfJournal.com ? Profitez-en, c'est gratuit (et réservé aux particuliers...) !
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Contacter un vendeur

Vous souhaitez prendre contact avec le vendeur de cette annonce ?
Il vous suffit de renseigner le formulaire ci-dessous.
Seul impératif : être membre de WindsurfJournal.com ;-)

Prochainement disponible...
Fermer
Share
box
+